# HALTE A L’ESCLAVAGE EN LIBYE ISLAMISTE : L’HOMME NOIR N’EST PAS UNE MARCHANDISE

23659466_2024462284456494_8258962287393252892_n

* LA MISE EN ESCLAVAGE DES NOIRS EN LIBYE ! http://www.lucmichel.net/2017/11/18/luc-michel-denoncait-sur-afrique-media-des-avril-2017-la-mise-en-esclavage-des-noirs-en-libye/

* JAMAHIRIAN-TV & PANAFRICOM-TV/ CNN FILME UNE VENTE AUX ENCHÈRES ESCLAVAGISTE DE MIGRANTS EN LIBYE
https://vimeo.com/243466059

* PCN-TV & JAMAHIRIAN-TV/ LUC MICHEL DENONCE L’INSECURITE EN LIBYE, LE TRAFFIC DES ETRES HUMAINS ET L’ESCLAVAGE DES NOIRS (AVRIL 2017)
https://vimeo.com/213445167

PANAFRICOM/
PANAFRIcan action and support COMmittees :
Le Parti d’action du Néopanafricanisme !

* Suivre Panafricom-Tv/
https://vimeo.com/panafricomtv
* Découvrir notre WebTv/
http://www.panafricom-tv.com/
* Voir notre Page Officielle Panafricom/
@panafricom https://www.facebook.com/panafricom/
* Aborder notre Idéologie panafricaniste/
Panafricom II – Néopanafricanisme
@Panafricom2 https://www.facebook.com/Panafricom2/
* Panafricom sur Twitter/
@Panafricom https://twitter.com/Panafricom

Posted in Non classé | Commentaires fermés

# LUC MICHEL : TOUT SAVOIR SUR LE DESSOUS DES CARTES DE LA DESTABILISATION DE L’AFRIQUE !

22424456_531527047182277_6354819112511892449_o

 Voir la Page spéciale de Luc MICHEL :
Enquetes sur la Destabilisation de l’Afrique

* Aller LIKER et partager la page
https://www.facebook.com/LucMICHEL.destabilisationafricaine/

* Voir aussi :
La PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

Posted in Non classé | Commentaires fermés

# JAMAHIRIAN-TV & PANAFRICOM-TV/ CNN FILME UNE VENTE AUX ENCHÈRES ESCLAVAGISTE DE MIGRANTS EN LIBYE

JAMAHIRIAN-TV & PANAFRICOM-TV/ 
CNN FILME UNE VENTE AUX ENCHÈRES ESCLAVAGISTE DE MIGRANTS EN LIBYE

Pendant que la Cour pénale internationale – CPI, Amnesty International et HRW cherchent des Présidents africains à juger, des milliers d’êtres humains sont vendus en Libye comme du bétail …

Parmi les nombreux migrants qui empruntent la route périlleuse passant par la Libye, un certain nombre se trouvent réduits en esclavage par leurs passeurs, montre cette vidéo exclusive de CNN. Dans un reportage pour la chaîne américaine, la correspondante Nima Elbagir, le producteur Raja Razek et le photojournaliste Alex Platt se sont rendus en Libye et, au moyen d’une caméra cachée, ont filmé une vente aux enchères d’êtres humains. Le lieu non divulgué se situe à l’extérieur de Tripoli. Sous les yeux des journalistes, une douzaine de personnes défilent pour être vendues. Au fur et à mesure le prix augmente, 500, 550, 600, 650… La vente est conclue rapidement.
Des témoignages de migrants filmés par CNN confirment l’existence de ces pratiques. Les images de la chaîne ont été remises aux autorités libyennes qui se sont engagées à lancer une enquête.

* Voir aussi sur PCN-TV & JAMAHIRIAN-TV/ 
LUC MICHEL DENONCE L’INSECURITE EN LIBYE, LE TRAFFIC DES ETRES HUMAINS ET L’ESCLAVAGE DES NOIRS (AVRIL 2017)

* Lire :
LUC MICHEL DENONCAIT SUR AFRIQUE MEDIA DES AVRIL 2017 LA MISE EN ESCLAVAGE DES NOIRS EN LIBYE !
_______________

# JAMAHIRIAN-TV
* Média social
https://vimeo.com/jamahiriantv
* Page Officielle JAMHIRIAN-TV
https://www.facebook.com/ELAC.JAMAHIRIAN.TV

# PANAFRICOM-TV
* Suivre Panafricom-Tv/
https://vimeo.com/panafricomtv
* Découvrir notre WebTv/
http://www.panafricom-tv.com

Posted in # ALAC / AFRICAN-LIBYAN ACTION COMMITTEES, # ARTICLES BY LANGUAGE, # PRO JAMAHIRIYAN TV, - ELAC Jamahirian TV, - English, - Français | Tagged , , , , , , | Commentaires fermés

# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ LA SOI-DISANT ‘GUERRE AU TERRORISME’ (II): QUAND LES USA PROJETTENT LA ‘PAKISTANISATION’ DE L’ALGERIE

LM.GEOPOL - Guerre au terrorisme II algérie (2017 11 10) FR (1)

LUC MICHEL (ЛЮКМИШЕЛЬ) & EODE/

Luc MICHEL pour EODE/

Flash géopolitique – Geopolitical Daily/

2017 11 10/

« Les Etats-Unis veulent transformer l’Algérie en « Pakistan » de l’Afrique du Nord », analyse Maghreb Intelligence (ce 7 nov.) :

« C’est un projet qui remonte à Robert S. Ford, le diplomate américain qui a roulé sa bosse  dans les capitales les plus « chaudes » du monde arabe, notamment Damas et Bagdad. Lorsqu’il était en poste à Alger en 2006, ce diplomate chevronné a procédé à une étude approfondie des services de sécurité algériens et de son institution militaire. Le diplomate américain a rencontré dans la discrétion la plus totale de nombreux chefs des services secrets, de la police algérienne (DGSN) et de hauts responsables de l’armée algérienne. A partir de toutes ces rencontres, il dressera en 2007 une feuille de route remise au Département d’Etat américain sous l’administration Bush, avec l’orientation suivante: faire de l’Algérie le « Pakistan » de l’Afrique, à savoir l’allié militaire au Maghreb et dans le Sahel. L’objectif du diplomate américain est de pousser les autorités algériennes à renforcer leur coopération militaire avec les Etats-Unis, et de mener le plus régulièrement possible des opérations sur le terrain, à condition toutefois que l’Algérie s’aligne sur le programme politique américain dans la région.

Un plan qui n’a pas soulevé l’enthousiasme des décideurs algériens, tandis que pour Robert S.Ford une forte « sécuritocratie » en Algérie est un précieux rempart contre l’avancée de l’islamisme radical dans la région, d’autant que la diplomate américain craignait un développement dangereux du fanatisme en Algérie, en Mauritanie, en Libye, ainsi que dans les pays du Sahel.  Cette option devait contraindre les dirigeants algériens à des concessions pour se conformer à l’agenda américain.

Depuis 2014, Joan Polaschik, ancienne ambassadrice des Etats-Unis à Alger, a tout tenté pour concrétiser ce projet. Mais en dépit de la prédominance du président Abdelaziz Bouteflika sur les dignitaires de l’armée et du DRS, la « pakistanisation » ne convainc toujours pas une Algérie qui se méfie de l’Amérique, et qui demeure attachée à ses relations militaires particulières avec la Russie. Joan Polaschik peinera à organiser des rencontres fructueuses entre les militaires algériens et américains.

Cependant, les troubles qui éclatent au nord du Mali et les avancées inquiétantes de Boko Haram au nord du Nigéria ainsi que les événements sanglants en Libye  vont faire évoluer l’Algérie, qui va céder aux sirènes de l’administration américaine en renforçant la coopération avec la CIA et les diverses agences de renseignement américain. Les services algériens vont même fournir des informations précieuses aux militaires américains qui se déploient en toute clandestinité au Niger, au Mali et en Libye.

L’Algérie devient petit à petit le phare sécuritaire des Etats-Unis, et les professionnels américains forment des officiers à Alger et leurs conseils sont religieusement écoutés et appliqués. Même si Alger refusera d’envoyer des soldats en Libye, elle acceptera tout de même de mettre ses réseaux au service des Etats-Unis qui traquent les terroristes alliés avec Daech.

PAS D’INTERVENTION MILITAIRE DE L’ARMEE ALGERIENNE EN LIBYE : ALGER REFUSE DE SE JETER DANS LE GUEPIER LIBYEN COMME LE VOUDRAIENT LES USA !

Alger refuse en effet une deuxième demande de Washington d’intervenir en Libye !

L’Algérie a opposé une fin de non-recevoir à une deuxième demande américaine l’invitant à intervenir en Libye. Se référant à des sources diplomatiques à Alger, le site français spécialisé dans le renseignement Maghreb Intelligence, qui rapporte l’information, explique que Washington a, par deux fois, approché les dirigeants algériens afin qu’ils conduisent une force multinationale ou qu’ils interviennent seuls chez leurs voisins de l’Est. «Aussi bien le département d’Etat que le Pentagone ont essayé de pousser l’armée populaire algérienne à dépêcher un contingent en Libye afin de pacifier la capitale, ainsi que le long de la frontière avec la Tunisie», affirme cette source diplomatique.

Selon le site, «l’Algérie, toujours très influente en Libye où elle maintient un équilibre prudent entre les différentes factions rivales, sait qu’une intervention directe serait difficile à faire passer à l’opinion publique algérienne. D’autant que  la Constitution et la doctrine militaire du pays ne permettent pas une projection des forces armées en dehors de ses frontières».

ALGER CIBLE INITIALE DU « PRINTEMPS ARABE »

« Ce n’est pas un Printemps arabe mais un déluge sur les Arabes et cela se confirme chaque jour (…) C’est la colonisation de l’Irak, la destruction de la Libye, la division du Soudan et l’affaiblissement de l’Egypte »

(Ahmed Ouyahia, Premier ministre algérien et leader du RND, en 2011)

« Le pouvoir ne semble pas avoir tiré les leçons de ce qui s’est passé chez nos voisins (…) l’Algérie a reporté son printemps arabe et elle ne l’a pas annulé »

(Bouguerra Soltani, président du MSP, branche algérienne des Frères musulmans, en 2011)

Rappelons l’indécence et la perversité de ces demandes américaines pour que l’algérie intervienne en Libye. Car l’Algérie était la cible initiale du soi-disant « printemps arabe » et l’un des buts de la destruction de la Jamahiriyah était de « découvrir » l’Algérie …

Mon analyse est simple et elle est constante depuis 2003 (1) :

  Continue reading

Posted in Non classé | Commentaires fermés

# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ LA SOI-DISANT ‘GUERRE AU TERRORISME’ (I): LA SOMALIE, LABORATOIRE DE LA GEOSTRATEGIE AMERICAINE DU CHAOS

LM.GEOPOL - Guerre au terrorisme I somalie (2017 11 09) FR 1

LUC MICHEL (ЛЮКМИШЕЛЬ) & EODE/

Luc MICHEL pour EODE/

Flash géopolitique – Geopolitical Daily/

2017 11 09/

Dans une Somalie démembrée, livrée au chaos, les Shebab islamistes achèvent un pays à l’agonie assassiné par Washington et ses complices, ONU, NATO, UE et cie …

SOMALIE, NOUVELLES DU LABORATOIRE DU NOUVEL ORDRE AMERICAIN EN AFRIQUE ET AU « GRAND MOYEN-ORIENT »

Attentats sans fin à Mogadiscio, chaque semaine, depuis des années, des victimes tuées par des attaques suicides à la voiture piégée, revendiqués par les insurgés islamistes shebab  Une actu qui passe inaperçue dans les médias occidentaux et même africains …

Des nouvelles sans fin d’un état disparu qui a servi de laboratoire à l’impérialisme mercantile américain – il faut cesser de qualifier stupidement d’ « empire » la thalassocratie marchande américaine qui n’est que la nouvelle Carthage (*) – pour concevoir son projet de Nouvel Ordre en Afrique et au « Grand Moyen-Orient ».

Qui se souvient aujourd’hui de l’Etat somalien en développement du régime socialiste de Siyaad Barre ?

I / LA DESCENTE AUX ENFERS DE LA SOMALIE

En octobre 1969, un Conseil révolutionnaire suprême (CRS), dirigé par les généraux Salad Gabeire Kediye et Mohamed Siyaad Barre, pren,d le pouvoir à Mogadiscio. Le CRS entend bâtir un nouveau régime et surtout un véritable état, qui mettrait fin au tribalisme, au népotisme et à la corruption. Aligné sur l’URSS, le gouvernement somalien lance des plans de réorganisation du territoire et d’alphabétisation de la population. Des cours nationales de sécurité sont instituées et opèrent en dehors du système judiciaire civil corrompu. En juin 1976, le CRS est dissous et un parti unique, le « Parti révolutionnaire socialiste somali », est créé.

Comme dans l’Afghanistan socialiste, allié à l’URSS, la gangue du destin clanique et tribal est brisée. Le destin de la Somalie sera aussi similaire à celui de l’Afghanistan socialiste. Une descente aux enfers provoquée par l’impérialisme américain et ses manipulations des tribus, des ethnies, des clans et des islamistes. Sans oublier le feu attisé des querelles entre la Somalie et ses voisins.

Première fissure, la guerre avec le voisin éthiopien :

En 1977 et 1978, la guerre de l’Ogaden, qui oppose la Somalie à l’Éthiopie voisine, également soutenue par l’URSS, amène Siyaad Barre à rompre avec l’URSS et à recevoir l’aide intéressée des États-Unis, tout en maintenant officiellement une idéologie marxiste-léniniste. Une nouvelle constitution est promulguée en 1979.

Affaibli sur les plans diplomatique et économique, le régime de Siyaad Barre perd son assise sociale. À la fin des années 1980, des mouvements de rébellion, habilement manipulés par Washington, voient le jour et prennent le contrôle d’une partie du territoire. Le 26 janvier 1991, Siyaad Barre doit fuir sa capitale.

Deuxième faille, la guerre civile somalienne, qui amorce le démembrement du pays :

En mai 1991, le nord du pays, où l’ethnie Issak est majoritaire, déclara son indépendance sous le nom de « Somaliland ». De facto indépendant, il ne fut reconnu par aucun gouvernement étranger. Le successeur de Siad Barre, Ali Mahdi Muhammad (janvier-novembre 1991) n’arrive pas à s’imposer sur l’ensemble du territoire, déchiré entre les seigneurs de guerre et les différents clans somalis.

Troisième brisure, l’intervention étrangère, ONU et USA, qui provoque le démembrement total :

En avril 1992, l’ONU envoie la première mission humanitaire « afin d’endiguer la famine », l’ONUSOM. Celle-ci est un échec. Le 3 décembre 1992, le Conseil de sécurité des Nations unies adopta à l’unanimité la résolution 794, qui approuvait la mise en place d’une force de maintien de paix sous l’égide de l’ONU, l’UNITAF. Organisée par Washington, l’opération prend le nom de « Restore Hope ». Les troupes atterrirent en 1993 et restèrent en poste durant deux ans.

De nombreux Somalis étaient hostiles à une présence étrangère. En octobre 1993, après l’arrestation par les forces spéciales américaines de proches de Mohamed Farrah Aidid, le leader du « Congrès de la Somalie unifiée » – une des factions armées -, plusieurs échauffourées éclatèrent à Mogadiscio, ce qui causa la mort de 24 soldats pakistanais et de 19 soldats américains. C’est le scénario du film BLACK HAWK, le « Faucon noir »…

L’Opération Restore Hope est officiellement un fiasco. Mais dans la pratique, c’est la « théorie géostratégique du chaos » qui est mise en place pour la première fois.

Au nord-est, le « Puntland » se déclara à son tour indépendant en 1998, déclarant « qu’il participerait à tout effort de réconciliation visant à reformer un pouvoir central » (sic). Le « Jubaland » fit à son tour sécession la même année. Il est actuellement englobé dans la « Somalie du sud-ouest ».

MILICES ET SEIGNEURS DE GUERRE :

ECLATEMENT ET PRIVATISATION DU DEFUNT ETAT SOMALIEN

Après le départ des troupes de l’ONU en 1995, la guerre civile en Somalie a progressivement décliné, avec l’arrêt de la plupart des conflits entre clans et l’apparition d’accords maffieux entre les divers groupes armés. « Diverses milices se sont reconverties en agences de sécurité privées occupant des territoires délimités parfois à quelques quartiers de villes. La paix n’a pas été rétablie (…) Depuis la fin des années 1990, la Somalie constitue un assemblage de territoires sous domination clanique, où tous les services sont fournis par le secteur privé ou par les clans traditionnels. Les institutions gouvernementales sont ainsi remplacées par des institutions privées ». Un scénario qui annonce les drames afghan, irakien ou libyen.

Ces factions armées, qui prospèrent de la piraterie et des trafics, dont celui de la Drogue, se sont partagées le territoire du défunt état somalien. Une « conférence de réconciliation » aboutit en juillet 2003 à un projet de « charte nationale » prévoyant le fédéralisme et mettant sur pied des institutions fédérales « de transition » (le grand concept occidental pour faire basculer les états). Nouvel échec.

En octobre 2004, le « Parlement fédéral de transition de la République de Somalie », exilé au Kenya en raison des affrontements entre seigneurs de la guerre à Mogadiscio, et formé en nombres égaux de représentants de chacun des quatre grands clans somalis, a élu en tant que président intérimaire Abdullahi Yusuf Ahmed, président du « Pays de Pount », qui tente de former un gouvernement de coalition avec les différents chefs de guerre du pays. « Les institutions somaliennes siègent au Kenya par mesure de sécurité à l’égard de la situation intérieure de la Somalie. Les institutions en exil n’ont aucun contrôle sur le pays en dehors de certains quartiers de la capitale Mogadiscio, leur autorité n’est pas reconnue à l’intérieur du pays, mais uniquement par les gouvernements étrangers ».

L’EMERGENCE DES ISLAMISTES SUR FOND D’INTERVENTION ETRANGERE

De ce chaos vont émerger les islamistes, « Tribunaux islamiques » et ensuite milices Shebab (« les jeunes », qui sera aussi le nom des premières milices du CNT à Benghazi en Libye, en février-mars 2011). Une situation qui rappelle aussi l’Afghanistan des Talibans.

En juin 2006, les affrontements entre les membres de « l’Alliance pour la restauration de la paix et contre le terrorisme » (ARPCT), « une alliance entre des chefs de guerre et le gouvernement fédéral de transition », soutenu par Washington, et l’ « Union des tribunaux islamiques », soutenus par de nombreux entrepreneurs de la capitale – islamisme et business sont inséparables on le verra en Libye, à Misrata en 2011) -, ont vu la victoire de ces derniers pour le contrôle de Mogadiscio. Le nouveau régime est soutenu par l’Érythrée, l’Iran et divers pays arabes, tandis que le gouvernement fédéral de transition, replié sur Baidoa, bénéficie de l’appui militaire de l’Éthiopie.

« Le rétablissement de l’ordre se fait au nom de la seule structure législative stable et consensuelle du pays, la jurisprudence chaféite ». Le chaféisme , parfois orthographié shafiisme ou chafiisme , est l’une des quatre écoles de jurisprudence de l’ islam sunnite. Parmi ces tribunaux islamiques, le plus important, celui de Mogadiscio, sert de pouvoir judiciaire (civil et pénal), en jugeant les affaires en appliquant la charia.

Depuis 2006, les voisins de la Somalie – Kenya, Ouganda, Soudan, Djibouti, Éthiopie et Érythré -, qui soutiennent le « gouvernement de transition de Somalie » dépendant de Washington, interviennent de plus en plus directement. S’y ajoute le rôle de l’ONU, qui organise en décembre 2006 une « force de maintien de la paix », composée de 8 000 hommes, sous l’égide de l’Union africaine (résolution 17254). Fin décembre 2006, l’armée éthiopienne intervient et les tribunaux islamiques fuient Mogadiscio. L’Ethiopie, vieil ennemi géopolitique de la Somalie, « prend ainsi le contrôle de la majeure partie du pays et le gouvernement de transition se déclare le gouvernement de facto du pays », et entre en guerre contre l’Union des tribunaux islamiques.

En janvier 2007, les États-Unis interviennent dans le sud de la Somalie pour « pourchasser des membres présumés d’Al-Qaida », vieux prétexte qui a bien servi et reservira.

Les troupes éthiopiennes commencent officiellement à se retirer de Somalie. Peu fréquent auparavant, les attentats-suicides se multiplient …

En décembre 2008, le président Abdullahi Yusuf Ahmed démissionne. Le Parlement, « réuni à Djibouti en raison du désordre en Somalie », élit alors le cheikh Sharif Ahmed, ancien dirigeant de l’Union des tribunaux islamiques, à la présidence de la République.

« Dès février 2009, divers groupes islamistes fusionnèrent au sein du Hizbul Islam et déclarèrent la guerre au gouvernement modéré de Sharif Ahmed. Cette coalition inclut « l’Alliance pour la nouvelle libération de la Somalie », dirigée par Hassan Dahir Aweys, l’un des chefs radicaux de l’Union des tribunaux islamiques, Hassan Abdullah Hersi al-Turki, un autre chef de guerre de l’Union des tribunaux islamiques et leader des » brigades de Ras Kamboni » et le groupe « Muaskar Anole ».

Cette nouvelle coalition islamiste est, avec le groupe al-Shabaab, la plus active dans le conflit. « De plus, en mars 2009, Ben Laden appelait dans un enregistrement au renversement de Sharif Ahmed ».

AL-SHABAAB : VOILA L’ISLAMISME RADICAL

Al-Shabbaab – ou les Shebab, « les jeunes » – « est un groupe islamiste somalien issu de la fraction la plus dure de l’Union des tribunaux islamiques, qui milite pour l’instauration de la charia et s’est déclaré en 2009 en guerre contre le gouvernement de Sharif Ahmed », qui paraît « modéré (sic) à côté d’eux. « C’est l’une des deux grandes organisations islamistes somaliennes, avec le Hezb al-Islamiya du cheikh Hassan Dahir Aweys ». L’organisation est placée sur la liste officielle des organisations terroristes des Etats-Unis depuis 2008. Les Shebab sont liés à al-Qaida et des cadres du Réseau de Ben Laden sont soupçonnés d’avoir rejoint la Somalie pour les encadrer.

Les Shebab obtiennent une grande victoire militaire lors de la bataille de Kismayo, en août 2008, reprenant le port, qui est situé près du Kenya et est la troisième ville du pays, à un chef de guerre, l’ex-ministre Barre Adan Shire Hiiraale. Sur un scénario qui rappelle une fois encore l’émergence des Talibans en Afghanistan, « après avoir pris contrôle de Kismayo, ils ont désarmé les milices locales afin de rétablir l’ordre. Parallèlement, ils instauraient la charia dans sa version la plus radicale, y compris pénale (lapidation d’une adolescente de 13 ans, coups de fouet pour des femmes portant des soutien-gorges9 et pour hommes ayant fumé du haschisch. Ils y ont aussi détruit des sites religieux (chrétiens et soufis) … Comme dans la Libye du CNT.

Fin 2008, les Shebab contrôlent la majeure partie du sud de la Somalie. À partir de 2011, ils subissent une série de revers faces aux offensives des forces gouvernememtales somaliennes, de la Mission de l’Union africaine en Somalie et de l’armée kenyane. Ils ont dû abandonner Mogadiscio en aout 2011 puis les principales villes qu’ils contrôlaient en 2012.

« En octobre 2011, l’armée kényane, appuyée par les troupes somaliennes, intervient dans le conflit, lançant l’opération Linda Nchi (« protéger le pays » en swahili) contre les positions d’Al-Shabaab. »

II / ACTUALITE DU CHAOS SOMALIEN : LES SEBAB INVAINCUS

Et nous voilà revenus au cœur de l’actualité.

Le terrorisme aveugle, celui des kamikazes et des attentats-suicide est en effet la première réponse des Shebab à leur défaite militaire sur le terrain classique.

En 2013, affirmait à l’AFP Ali Mohamud Rage, porte-parole des insurgés islamistes : «Les attaques contre ce type d’individus continueront jusqu’à ce qu’ils (les mécréants) soient éliminés du territoire sacré de Somalie »…

Les shebab ont depuis 4 ans multiplié les actions de guérilla et les attentats, notamment à Mogadiscio, depuis qu’ils ont été chassés en août 2011 de la capitale par une force de l’Union africaine (Amisom). Ils ont ensuite essuyé une série ininterrompue de revers militaires et avaient dû abandonner progressivement la totalité de leurs bastions du sud et du centre somaliens à l’Amisom et à un contingent éthiopien, entré en novembre 2011 en Somalie.

Mais en 2017, ils sont toujours là et à l’offensive dans la région de Mogadiscio alors que l’Amison va quitter le pays, impuissante … Les rebelles islamistes shebab, liés à Al-Qaïda, sont donc repassés à l’offensive en Somalie !

Les forces gouvernementales somaliennes et milices alliées ont, elles suivi le contingent éthiopien, laissant le champ libre aux insurgés dès 2013.

Le retour offensif des Shebab (comme celui des talibans en Afghanistan), que les médias occidentaux affirmaient « en déroute », est une leçon que devraient méditer les généraux français de l’OTAN engagés dans le bourbier malien …

Ce sera l’objet de la troisième partie de notre analyse (dans une prochaine édition)

NOTE :

(*) Je peste souvent contre cette absurdité historique et géopolitique sans nom !  Beaucoup d’écrivains aujourd’hui à l’extrême-gauche commettent un contresens de même nature que celui des Spartakistes allemands en 1916-19, se déclarant « spartakistes », et qui relève de la même erreur d’analyse sur l’Empire romain. Parce qu’ils ne connaissent mal l’Histoire et la géopolitique. Et parce que le Gauchisme développe, singulièrement depuis Mai 1968 en France, Italie ou Belgique, un discours anti-étatique sentimental. Notamment, des gens comme l’idéologue italien Toni NEGRI, qui parlent des Etats-Unis comme « d’un nouvel Empire romain » (sic). Contresens copié-collé de chez les Altermondialistes par certains idéologues néofascistes ou pro islamistes français et italiens.

Les Américains, c’est Carthage !!! Avec l’impérialisme carthaginois, ils partagent le recours à des armées de mercenaires, la domination par une oligarchie, non pas politique, mais économique et une vision qui consiste non pas à diffuser une culture, mais à piller la planète.

LES EMISSIONS SUR « LA GEOSTRATEGIE DU CHAOS » QUI COMPLETENT L’ANALYSE :

* Sur PANAFRICOM-TV/

LUC MICHEL: GEOSTRATEGIE DU CHAOS (I):

LE LABORATOIRE SOMALIEN 1990-2016 ( SUR AFRIQUE MEDIA)

https://vimeo.com/172971204

* Sur PANAFRICOM-TV/

LUC MICHEL: GEOSTRATEGIE DU CHAOS (II):

LA SOMALISATION DE LA LIBYE ( SUR AFRIQUE MEDIA)

https://vimeo.com/172973881

* Posdcast sur PCN-TV / GÉOPOLITIQUE /

Luc MICHEL SUR RADIO CAMEROUN :

MALI, SAHEL, LIBYE, PROCHE-ORIENT … LA STRATÉGIE DU CHAOS EN ACTION!

https://www.youtube.com/watch?v=Z1xpNkxuctY

* Podcast sur RADIO MOSCOU/ LA VOIX DE LA RUSSIE/

LA STRATÉGIE DU CHAOS EN ACTION ! (PAR LUC MICHEL)

https://www.youtube.com/watch?v=CH4OodyNIIE&t=7s

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

* PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :

WEBSITE http://www.lucmichel.net/

PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE

https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/

TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN

* EODE :

EODE-TV https://vimeo.com/eodetv

WEBSITE http://www.eode.org/

LM.GEOPOL - Guerre au terrorisme I somalie (2017 11 09) FR 2 LM.GEOPOL - Guerre au terrorisme I somalie (2017 11 09) FR 3

Posted in Non classé | Commentaires fermés

# LUC MICHEL. NET/ ET UN CHEF DJIHADISTE VENU DE BELGIQUE DE PLUS !

Tarik Jadaoun

Des entraînements aux sports de combat jusqu’à la formation de 60 « enfants de Daech »: le djihadiste belge Tarik Jadaoun raconte son parcours !

* Lire sur :
http://www.lalibre.be/actu/belgique/des-entrainements-aux-sports-de-combat-jusqu-a-la-formation-de-60-enfants-de-daech-le-djihadiste-belge-tarik-jadaoun-raconte-son-parcours-5a031802cd707514e8a40f5f
(Info intéressante. MAIS A lire avec esprit critique …)

VOIR ET COMPRENDRE :

* Sur PCN-TV DAMAS/
LUC MICHEL DES JUIN 2013 AVERTIT DU DANGER DJIHADISTE EN EUROPE
DEVANT LA COMMISSION DES AFFAIRES ETRANGERES DU PARLEMENT SYRIEN ET DENONCE LES RESPONSABILITES DES GOUVERNEMENTS DE LA BELGIQUE, DE L’OTAN ET DE L’UE

* Lire aussi :
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/posts/1145385008929249
_____________________________
Luc MICHEL / Люк МИШЕЛЬ /
PROFIL FACEBOOK https://www.facebook.com/LUC.MICHEL.PCN
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
PAGE OFFICIELLE FACEBOOK https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel
WEBSITE http://www.lucmichel.net
BLOG http://www.scoop.it/t/luc-michel-le-blog
LM OFFICIAL INTERNATIONAL FAN CLUB
https://www.facebook.com/groups/LUCMICHEL.OfficialFanClub

Posted in # PRESS OFFICE / SERVICE DE PRESSE, - Revues de Presse | Tagged , , , , , , , , | Commentaires fermés

# LUC MICHEL. NET/ ENCORE UN CHEF DJIHADISTE VENU DE BELGIQUE, ISSU DE VERVIERS ET PASSE PAR MOLENBEEK, LES ‘BELGISTAN’ BELGES (OU LES ‘LONDONISTAN’ DU ROYAUME) …

Tarik Jadaoun

Voir et comprendre :

* Sur EODE-TV & AFRIQUE MEDIA/
GRAND REPORTER (2-1) :
LUC MICHEL, DJIHADISME BELGE. DE BRUXELLES A DAMAS
(PARTIE 1)

* Et sur EODE-TV & AFRIQUE MEDIA/
GRAND REPORTER (2-2) :
LUC MICHEL, DJIHADISME BELGE. DE BRUXELLES A DAMAS
(PARTIE 2)

* Info intéressante. MAIS A lire avec esprit critique …
http://www.standaard.be/cnt/dmf20171108_03175988

DE ‘NIEUWE ABAAOUD’ VERTELT HOE HIJ BIJ IS VERZEILD RAAKTE:

« Tarik Jadaoun, de doodgewaande jihadi van terreurgroep IS uit Verviers, die werd gevangen genomen bij de strijd om de Iraakse stad Mosul, heeft in een verhoor door het Iraakse gerecht verteld hoe hij van een simpele overvaller uitgegroeide tot de meest gevreesde jihadi van de Belgische IS-strijders.

Tarik Jadaoun, alias Abu Hamza Al-Belgiki, groeide de voorbije jaren uit tot een belangrijke pion binnen Islamitische Staat. Zo stond hij niet alleen in voor de opleiding van jeugdige IS-strijders, maar coördineerde hij ook heel wat aanslagen in Europa. Dat leverde hem de bijnaam ‘de nieuwe Abaaoud’ op.

In juli van dit jaar werd hij gevangen genomen door het Iraakse leger. Delen van een verhoor van de Syriëstrijder lekten nu uit in de Iraakse pers. In het verhoor bevestigt Jadaoun dat hij de kindsoldaten van IS onder zijn hoede had en dat hij terreurcellen in Europa aanstuurde.

Tarik Jadaoun reisde in 2014 vanuit Verviers naar Syrië. Naar eigen zeggen radicaliseerde hij in de gevangenis onder invloed van een medegevangene.  Na een celstraf van een jaar zocht Jadaoun ex-celgenoten op en verdiepte zich in jihadistische literatuur.

Jadaoun vertrok samen met zijn boezemvriend Red­wan Hajaoui uit België. Even later voegde ook een andere boezemvriend, de ex-militair Lotfi Aoumeur, zich bij hen.

Welpen van het kalifaat

De ‘nieuwe Abaaoud’ vertelt hoe hij bij IS verzeild raakte
Tarik Jadaoun  Foto: rr
Nadat ze eerst in Roemenië en Turkije hadden gewoond, kwamen ze niet veel later in Raqqa, de hoofdstad van het kalifaat terecht. In Raqqa en Tabqa kregen Jadaoun en zijn vrienden islamonderwijs, kregen ze een gevechtsopleiding en zweerden ze trouw aan IS-oprichter Abu Bakr al-Baghdadi. Na zijn opleiding bracht Jadaoun enkele maanden door als grenswacht aan de Syrisch-Turkse grens.

Later kreeg hij een nieuwe functie binnen IS en werd hij verantwoordelijk voor de Cubs of the Caliphate, de kindstrijders van IS. Jadaoun trainde kinderen tussen acht en dertien jaar op het gebruik van middelgrote vuurwapens en krijgskunsten.

In 2015 verhuisde Jadaoun naar Mosul in Irak. Begin augustus verspreidden IS-sympathisanten het nieuws dat Jadaoun zou omgekomen zijn bij de gevechten in die stad, maar niet veel later raakte bekend dat hij nog in leven was en op 13 juli gevangen genomen was door het Iraakse leger.

Uit het verhoor blijkt ook dat Jadaoun toezicht hield op terreurcellen in Europa en dat hij actief aanslagen in Europa en de Verenigde Staten aanmoedigde door beeldmateriaal uit Mosul door te sturen naar IS-strijders in België en Frankrijk.

‘Jullie gaan nooit veilig zijn’

In maart 2015 richtte Jadaoun zich in een videoboodschap tot de Belgische bevolking: ‘Jullie gaan nooit veilig zijn. Weet dat jullie dan wel kunnen slapen maar dat er broeders zijn die zich overal ter wereld schuilhouden. Ze wachten op hun bevel en zullen dan aanvallen.’

Na de aanslagen in Maalbeek en Zaventem was Jadaoun, samen met Aoumeur, op 25 maart te zien in het filmpje waarmee IS de aanslagen in ons land opeiste.

Jadaoun zou heel dicht hebben gestaan bij de terroristen die de aanslagen in Parijs en Brussel pleegden. Het was allicht ook niet toevallig dat de politie in januari 2015 net in zijn thuisstad Verviers twee kandidaat-terroristen doodschoot in het huis waar ze ondergedoken zaten.

Jadaoun maakte de Belgische veiligheidsdiensten ook meermaals belachelijk op zijn Twitteraccount. ‘Wil niemand zijn gevoelens kwetsen, maar de Belgische staatsveiligheid is wellicht de meest luie en domste ter wereld… Ze houden me al sinds mijn veertiende in de gaten. En toch passeerde ik de Brusselse luchthaven als een mes door zachte boter.’

Op zijn Facebookpagina snoefde hij ook al over zijn eerste slachtoffer, naar verluidt een Koerdische strijder. ‘Bam! Afgeknald die hond.’

Geen uitleveringsverdragen

Jadaoun werd al lang in de gaten gehouden door de Europese inlichtingendiensten. En onder meer ons land was beducht voor zijn terugkeer. Intussen zit de man al enkele maanden in de cel. Maar wat er nu met hem gaat gebeuren, is onduidelijk. België heeft geen uitleveringsverdragen met Syrië of Irak. Er is ook nog geen enkel signaal dat België een poging zou willen doen om de IS-strijder terug naar ons land te krijgen om hem hier te berechten.

Het is ook nog maar de vraag of de Iraakse autoriteiten op die vraag zouden ingaan. Voor hen zijn het oorlogsmisdadigers, die de doodstraf riskeren.
_____________________________
Luc MICHEL / Люк МИШЕЛЬ /
PROFIL FACEBOOK https://www.facebook.com/LUC.MICHEL.PCN
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
PAGE OFFICIELLE FACEBOOK https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel
WEBSITE http://www.lucmichel.net
BLOG http://www.scoop.it/t/luc-michel-le-blog
LM OFFICIAL INTERNATIONAL FAN CLUB
https://www.facebook.com/groups/LUCMICHEL.OfficialFanClub

Posted in # ARTICLES BY LANGUAGE, # PRESS OFFICE / SERVICE DE PRESSE, - Français, - Nederlands, - Press Reviews, - Revues de Presse | Tagged , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

# PANAFRICOM-TV/ LE ‘ZOOM AFRIQUE’ DE PRESS TV – ED. DU 5 NOV. 2017 – AVEC LUC MICHEL QUI ANALYSE LA DESINTEGRATON DE LA SOMALIE ET LA GEOSTRATEGIE DU CHAOS

PANAFRICOM-TV/
LE ‘ZOOM AFRIQUE’ DE PRESS TV – EDITION DU 5 NOV. 2017 –
AVEC LUC MICHEL QUI ANALYSE LA DESINTEGRATON DE LA SOMALIE (LA « SOMALISATION »), LABORATOIRE AMERICAIN DE LA GEOSTRATEGIE DU CHAOS

_______________

# PANAFRICOM/
PANAFRIcan action and support COMmittees :
Le Parti d’action du Néopanafricanisme !

* Suivre Panafricom-Tv/
https://vimeo.com/panafricomtv
* Découvrir notre WebTv/
http://www.panafricom-tv.com
* Blog PANAFRICOM-NEWS
http://www.scoop.it/t/panafricom
* Voir notre Page Officielle Panafricom/
https://www.facebook.com/panafricom
* Aborder notre Idéologie panafricaniste/
Panafricom II – Néopanafricanisme
https://www.facebook.com/Panafricom2
* Panafricom sur Twitter/
@Panafricom
twitter.com/Panafricom
* Suivre Vox Burundi (nouveau !)
vimeo.com/voxburundi

Posted in # PRO JAMAHIRIYAN TV, - PANAFRICOM-TV | Tagged , , , , , | Commentaires fermés

# PCN-TV & JAMAHIRIAN-TV/ LE FILS DE KADHAFI : UNE LUEUR D’ESPOIR POUR LA LIBYE ?

PCN-TV & JAMAHIRIAN-TV/ 
LE FILS DE KADHAFI : UNE LUEUR D’ESPOIR POUR LA LIBYE ?

Le 20 octobre 2011, il y a donc six ans, l’ancien chef d’Etat libyen de l’époque, Mouammar al-Kadhafi, a été brutalement assassiné par des rebelles. Ceux-ci avaient été soutenus par l’OTAN. La guerre civile qui a éclaté dans le pays suite à cela se poursuit jusqu’à aujourd’hui. Officiellement c’est le président Fayez el-Sarraj qui gouverne le pays, mais à l’est c’est l’ancien général Khalifa Haftar qui a le contrôle. Au centre d’innombrables milices se combattent, et l’Etat Islamique et al-Qaïda s’en mêlent aussi. Il y a des témoignages concernant un commerce d’êtres humains, des tortures et des enlèvements. Le système politique est instable et l’inflation si importante que les produits alimentaires deviennent inabordables. En bref, même le quotidien berlinois « Der Tagesspiegel » en a conclu : « C’est un désastre qui conduit à se demander si la chute du chef d’Etat méprisé était une bonne idée, chute qui a fait sombrer le pays dans le chaos. »

(Source : kla tv)
________________________

# PCN-TV
https://vimeo.com/pcntv

# ‘JAMAHIRYAN RESISTANCE NETWORK’ 
* Website
http://www.elac-committees.org
* Page Officielle JAMHIRIAN-TV
https://www.facebook.com/ELAC.JAMAHIRIAN.TV

# SUR FACEBOOK LA COMMUNAUTE KADHAFISTE :
* Page officielle ELAC (Eurasie) :
Aller LIKER notre Page !
https://www.facebook.com/elac.committees
* Page officielle ALAC (Panafrique) :
Aller LIKER notre Page !
https://www.facebook.com/ALAC.org
* Groupe GADDAFI MEMORIAL :
Inscrivez vous et inscrivez tous vos amis !
https://www.facebook.com/groups/GADDAFI.MEMORIAL
* Pagina CAEL-ELAC ROMÂNIA-MOLDOVA
Comitetele de Actiune Euro-Libiene
https://www.facebook.com/CAEL.ELAC
* ELAC ROSSIA /
Комитеты Евро-Ливийских Действий
https://www.facebook.com/Elac.Rossia

Posted in # ALAC / AFRICAN-LIBYAN ACTION COMMITTEES, # ARTICLES BY LANGUAGE, # ELAC / EURO-LIBYAN ACTION COMMITTEES, # MEDD-RCM / MOVEMENT FOR EUROPEAN DIRECT DEMOCRACY, # PRO JAMAHIRIYAN TV, - ELAC Jamahirian TV, - Français, - PCN TV/PCN-NCP Communitarian Network | Tagged , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

# ELAC & ALAC COMMITTEES/ CHAOS LIBYEN : ARRESTATION EN LIBYE DU PRESUME AUTEUR DES ATTAQUES DE BENGHAZI PAR DESFORCES SPECIALES AMERICAINES

ELAC - Back to benghazi (2017 10 31) FR (1)

ELAC & ALAC COMMITTEES/

2017 01 11/

http://www.elac-committees.org/

https://www.facebook.com/elac.committees/

https://www.facebook.com/ALAC.org/

Retour sur l’attaque du consulat de Benghazi et la mort de l’ambassadeur barbouze US Stevens …

Washington a annoncé, ce lundi 30 octobre 2017, l’arrestation en Libye d’une personne soupçonnée d’être impliquée dans l’attaque contre le personnel diplomatique américain à Benghazi en 2012, qui avait fait quatre morts, dont l’ambassadeur des États-Unis. L’homme aurait été capturé la veille en Libye par les forces spéciales américaines (qui jouent donc les sherifs dans uneLibye aux multiples « gouvernements » fantoches) et transféré aux États-Unis selon les autorités US, a rapporté l’agence Reuters.

L’opération de l’arrestation de l’homme suspect, un certain Moustafa al-Imam, aurait eu lieu sous les ordres de Trump et en coordination avec le gouvernement pro-occidental de Tripoli dirigé par Sarraj (ce qui est un mauvais point pour l’agent de la CIA Haftar), selon les rapports.

  Continue reading

Posted in Non classé | Commentaires fermés