ELAC – Euro-Libyan Action Committees : LETTRE AU MINISTRE BELGE DE CREM CONTRE LA GUERRE EN LIBYE

Monsieur le ministre,
 
Depuis près de quatre mois, les forces aériennes belges participent à la guerre de l’Otan contre la Libye.
 
Tout comme pour la guerre contre l’Irak et l’Afghanistan, la guerre contre la Libye a aussi commencé sur la base de mensonges. Sous le prétexte de ‘raisons humanitaires’ cette fois encore un pays souverain est bombardé et occupé. Par contre, deux sources non suspectes montrent que l’OTAN en Libye a en vue quelque chose de très différent de ce que vous affirmez.
 
Le ministre italien des Affaires étrangères, M. Franco Frattini, a demandé le mois dernier d’arrêter l’effusion de sang. Il a demandé l’arrêt immédiat des bombardements de l’OTAN, maintenant qu’il est clair qu’ils sont la cause d’une catastrophe humanitaire. Il a demandé l’ouverture de zones de passage sûr pour l’aide humanitaire et médicale aux populations civiles de Tripoli, de Misratah, Al-Zawya et Zlitan Brega …
 
Mais vous, et le gouvernement belge, avez rejeté cette demande et vous avez préféré choisir le côté de Cameron et Juppé, qui continuent à poursuivre les bombardements.
 
Amr Moussa, le Secrétaire général de la Ligue arabe, qui auparavant avait soutenu l’intervention de l’OTAN, a maintenant déclaré dans le journal britannique The Guardian le 21 juin, qu’ «il ne peut plus supporter de voir comment les enfants libyens sont abattus par des missiles de l’OTAN." Il a demandé "un cessez-le-feu sous surveillance internationale."
 
Mais vous, et le gouvernement belge, avez choisi de simplement continuer avec les bombardements et la participation belge à cette guerre illégale.
 
C’est pourquoi vous portez une double responsabilité.
 
D’abord et avant tout pour les victimes civiles libyennes, qui tombent chaque jour comme résultat direct des raids aériens de l’OTAN. Les victimes civiles, qui sont aussi les victimes du blackout complet de la part des médias.
 
Deuxièmement il y a votre responsabilité pour la sécurité des citoyens en Belgique. Par votre participation à cette guerre illégale, vous et le gouvernement belge, vous exposez la population à l’appel à des représailles de la part des dirigeants libyens. Ces derniers ont pourtant menacé que, si le massacre impitoyable de l’OTAN continue, des représailles militaires suivront sur le territoire européen. Ce n’est pas notre souhait, et nous vous exhortons donc à éviter ce scénario du pire. Plus cette guerre dure, plus les Libyens et les peuples du tiers-monde se rangeront du côté de l’opposition à l’OTAN, et plus une escalade approche. Le discrédit de «l’Occident», de l’Europe et de la Belgique, ne fera qu’augmenter.
 
Ce que l’OTAN cherche vraiment, ce n’est pas la protection de la population civile, mais un changement de régime en Libye. Armer les rebelles prouve de façon concluante que vous et vos alliés prenez parti et ainsi violez de façon flagrante la résolution de l’ONU. Nous pouvons également étayer notre revendication par le fait que le conseiller du président français Nicolas Sarkozy, Bernard-Henri Lévy, a déclaré au Premier ministre israélien que le "Conseil national transitoire de Benghazi" entend avoir une relation normale avec Israël. Par conséquent, il nous est impossible de pouvoir séparer les intérêts néo-coloniaux et géostratégiques des puissances participantes de l’état actuel des choses.
 
 Nous, les signataires de cette lettre, vous demandons de renoncer à ces plans coloniaux. Nous sommes unis dans notre appel pour arrêter immédiatement cette guerre parce que nous donnons fondamentalement la préférence à une solution pacifique et négociée.
 
Cette solution doit respecter les principes suivants:
 
1)      garantir la souveraineté de la Libye,
 
2) garantir les droits politiques, sociaux et démocratiques du peuple et restaurer l’unité de la Libye;
 
3) donner la possibilité à la Libye d’intégrer à nouveau à part entière la communauté internationale;
 
4) compenser la Libye pour tous les dégâts que votre guerre d’agression a causé.
 
Monsieur le ministre, nous espérons que vous comprendrez que, comme en Irak et en Afghanistan, la question libyenne aussi ne peut pas être résolue par vos armes. Il ne fait aucun doute que cette guerre injuste est vouée à l’échec et que le peuple libyen triomphera finalement.
 
Nous vous prions d’agréer, Monsieur le ministre, l’expression de nos sentiments distingués,
 
Luc MICHEL
Président / MEDD-MCR – Mouvement Européen pour la Démocratie Directe
ELAC – Euro-Libyan Action Committees 
Président de la "Commission internationale du Forum des Associations contre la guerre en Libye» (Bruxelles-Paris-Moscou-Tripoli)
 
Georges DELONGUEVILLE
Secrétaire régional du PCN Wallonie-Bruxelles
ELAC – Wallonie-Bruxelles

  

This entry was posted in - ELAC Wallonie/Bruxelles, - Français, - MEDD-MCR Fraction Wallonie/Bruxelles, Non classé. Bookmark the permalink.

Comments are closed.