# LUC MICHEL / DU SOI-DISANT « PRINTEMPS ARABE » AU « PRINTEMPS RUSSE » : COUP DE FORCE PRO-OCCIDENTAL EN RUSSIE !



 
pour PCN-SPO / Analyses et commentaire / 2011.12.06 /
(De retour de Moscou – Novosibirsk et Kemerovo en Sibérie)
 
Après l’échec total des libéraux aux élections législatives de ce 4 décembre 2011, l’Occident fait le choix d’une « révolution de couleur » !
L’opposition russe financée par les USA et l’OTAN tente en effet une révolution de couleur à Moscou et à Saint-Pétersbourg ce 5 décembre. Facile à prévoir. Je l’exposais à Moscou dès le 13 octobre …
 
EMEUTES A MOSCOU : LA MAIN DES USA !
 
Mais revenons sur les événements de ces trois derniers jours.
Le 4 au soir, à la suite des appels lancés depuis les USA (depuis Tripoli en Libye, début octobre, le sénateur US MCCAIN appelait à un « soulèvement armé en Russie » …), ils avaient dû renoncer à un premier coup de force. 5.000 membres de NASHI, nos camarades du grand mouvement russe de la jeunesse démocratique antifasciste, patrouillaient notamment à Moscou dans la rue.
Plusieurs manifestations sanctionnées et non sanctionnées se sont alors déroulées à Moscou. La police a interpellé une centaine de personnes dans le centre de la capitale.
Ce 5 décembre, Les manifestants ont voulu marcher vers la commission électorale pour dénoncer des fraudes et des pressions aux législatives et réclamer une "Russie sans Poutine". Le rassemblement avait été autorisé par les autorités sur une place éloignée des centres du pouvoir russe, mais pas la marche vers la commission électorale. Plus de 300 manifestants ont alors été appréhendés par les forces de l’ordre, non loin de la place de la Loubianka, où se trouve le siège du FSB (ex-KGB) "pour s’être rebellés contre la police", a indiqué à l’AFP Arkadi Bachirov, un porte-parole de la police.
Les manifestations insurrectionnelles réunissent les néo-fascistes de l’agitateur Limonov, l’extrême-droite néo-nazie xénophobe, les trotskistes russes, les libéraux de « l’Autre Russie » (sic) de Kasparov, les ONG pro-occidentales comme Solidarnost ou Globos … Bref le camp de l’anti-Russie qui entend vendre la Russie à l’OTAN !
 
LA VOIX DE LEUR MAITRE …
 
Derrière ces émeutiers, l’argent des USA et les spécialistes en manipulation des foules et des médias de l’OTAN, comme le Réseau international OTPOR-CANVAS (Belgrade).
« Les Etats-Unis sont prêts à augmenter les fonds accordés aux ONG russes afin d’assurer la transparence de l’élection présidentielle de mars 2012 », a déclaré lundi soir le porte-parole du département d’Etat américain, Mark Toner. « Nous devons dépenser plus pour assurer la liberté et la transparence lors de l’élection présidentielle russe. Nous cherchons à soutenir les organisations non gouvernementales », a fait savoir le porte-parole de la diplomatie américaine.
Le budget du département d’Etat pour 2012 prévoit l’octroi d’un peu plus de 9 millions de dollars aux ONG russes.
M. Toner a également reconnu que les Etats-Unis avaient accordé un soutien financier à l’association Golos ("Voix"), organisation indépendante (sic) de surveillance des élections, dont l’activité avait été critiquée par certains médias russes à la veille du scrutin.
 
OFFENSIVE ANTI-RUSSE AU SOMMET DE L’OSCE
 
Le sommet de l’OSCE, ce 6 décembre, a été l’occasion d’une offensive anti-russe. Commentant la remarque critique de la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton sur les récentes élections législatives en Russie, le président de la commission des affaires internationales de la Douma, Konstantin Kossatchev, a mis en garde Washington contre un soutien direct à certaines forces politiques russes. Lors de la réunion des chefs de diplomatie de l’OSCE, tenue le 6 décembre à Vilnius, Mme Clinton a déclaré que ces élections n’étaient "ni libres ni justes". "Inutile de dire que cette déclaration ne contribue pas à améliorer l’ambiance dans nos relations", a affirmé M. Kossatchev.
"Si la partie américaine tente de soutenir directement ceux que Mme Clinton qualifie de «démocrates», notre réaction sera forte et conséquente", a-t-il affirmé, ajoutant que les élections législatives constituaient une affaire intérieure de la Russie. "Seuls les avis des observateurs invités conformément aux engagements internationaux de Moscou sont légitimes pour notre pays", a souligné le député. Après avoir rappelé que les missions d’observation avaient déjà publié leurs conclusions préliminaires, il a indiqué que la déclaration de la secrétaire d’Etat américaine avait visiblement pour but d’inviter les observateurs à "émettre définitivement un avis défavorable".
 
LA RIPOSTE DE MOSCOU ET DE L’OTSC
 
A Moscou, on a pris l’exacte mesure des événements. Le » dernier sommet de l’OTSC, l’Organisation du Traité de Sécurité Collective, cette « anti-OTAN » qui regroupe la Russie, le Belarus, l’Arménie (détachée du GUAM pro-OTAN), le Kazakhstan, le Kirghistan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan, a consacré son dernier sommet à la relance du cycle des « révolutions de couleur » par l’Occident, via le soi-disant « printemps arabe ». « L’ex-URSS a trouvé un vaccin contre le Printemps arabe » titrait La Russie d’Aujourd’hui (25 octobre 2011), précisant que « Moscou prend des mesures préventives avec ses voisins ».
Des forces spéciales du ministère russe de l’Intérieur sont arrivées en renfort ce mardi à Moscou après une manifestation massive la veille contre la "farce électorale". Ces troupes spéciales "n’ont qu’un seul but: assurer la sécurité des citoyens" dans le cadre d’un régime "renforcé", a déclaré le lieutenant-colonel Vassili Pantchenkov, interrogé par l’agence Interfax, après des informations sur l’arrivée de dizaines de camions militaires dans Moscou. Un journaliste de l’AFP a vu mardi une dizaine de ces camions garés sur le boulevard périphérique qui ceinture le centre de Moscou. Plusieurs unités des forces spéciales, notamment de la division d’élite Dzerjinski de la région de Moscou, ont été mobilisées pour garantir l’ordre dans la capitale, a précisé à l’AFP un porte-parole de la police de Moscou.
 
OBSERVATEURS PRO-OCCIDENTAUX VERSUS ONG NON-ALIGNEES
 
Le coup de force, avorté, est soutenu directement, ici aussi, ici encore, par l’OSCE qui annonçait « des fraudes massives », « de l’ordre de 15% », … dès vendredi depuis Bruxelles, soit 48h avant l’élection !
Le souci est que les observateurs des missions des ONG non-alignées – comme ECGA (Pologne), CIVIC CONTROL (Russie) ou EODE (l’Eurasian Observatory for Democracy & Elections, qui participait à des missions à Moscou, Krasnodar sur la Mer Noire, Novosibirsk et Kemerovo en Sibérie) -, présents dans toute la Russie, eux, attestent d’élections franches et transparentes.
Dans ces missions, figuraient de nombreux parlementaires de l’Union Européenne, qui ont constaté l’inverse des déclarations de l’OSCE. Aucun espace médiatique n’a été offert à ces missions, sérieuses et non-alignées, dans les medias de l’OTAN. Lorsque ceux-ci évoquent « les missions d’observation européennes », ils parlent uniquement des observateurs alignés sur l’Occident !
La Commission électorale centrale (CEC) de Russie avait pourtant accrédité 650 observateurs internationaux pour les élections législatives du 4 décembre, selon le président de la CEC, Vladimir Tchourov. M.Tchourov avait recommandé aux membres des commissions régionales d’accorder une attention particulière aux observateurs. Il avait également rappelé que ces derniers n’avaient pas seulement des droits, mais aussi des devoirs. Ces missions d’observateurs se divisaient, comme toujours, en deux groupes : celui des ONG occidentales patronnées par l’OSCE, l’UE et les USA, et celui des ONG non-alignées, se réclamant d’un monitoring scientifique et neutraliste.
 
Les observateurs étrangers des ONG non-alignées « n’ont enregistré aucun cas de fraude lors des élections à la Douma (chambre basse du parlement) qui se déroulent dimanche en Russie », a annoncé à RIA Novosti un observateur polonais, Mateusz Piskorski. « Le groupe d’observateurs envoyé par plusieurs ONG, qui comprend des députés au parlement européen et aux parlements nationaux, des experts et des analystes politiques, a inspecté 48 bureaux de vote dans plusieurs régions russes. Pour le moment, les observateurs n’ont enregistré aucun cas de fraude, ils soulignent que les élections sont très transparentes », a indiqué M. Piskorski, directeur du CEGA et ancien député au parlement polonais. « Les observateurs internationaux communiquent librement avec les membres des commissions électorales, les observateurs russes, il n’y a aucune objection à faire (…) Les observateurs travaillent conformément aux lois russes qui précisent clairement le rôle des observateurs internationaux », a encore ajouté M. Piskorski.
Les observateurs non-alignés ont surveillé le déroulement du vote à Moscou et sa région, dans le territoire de Krasnodar (Russie méridionale), dans la région de Saint-Pétersbourg et d’autres régions russes, comme Novosibirsk (Sibérie) et Komerovo (Kuzzbass).
 
DES « TRANSGRESSIONS A CARACTERE TECHNIQUE » …
 
Il y a eu certes des transgressions, mais sans aucune influence sur les résultats du scrutin. D’après le directeur de recherche du Centre de conjoncture politique Alexeï Tchesnakov, « le niveau des fraudes a baissé par rapport aux derniers scrutins ». Ce que confirme à RIA Novosti M. Piskorski : « Il s’agit principalement de transgressions à caractère technique », a-t-il expliqué, avant d’ajouter que « les fraudes constatées ne mettaient pas en cause la crédibilité de l’ensemble du scrutin ».
 
LES MEDIAMENSONGES DES MEDIAS DE L’OTAN
 
Les medias aux ordres de l’OTAN se sont par contre lancés sans surprise dans une nouvelle vaste campagne de désinformation orchestrée depuis Washington et Bruxelles, ciblée sur Poutine. La technique est de présenter des « témoignages » d’agitateurs pro-occidentaux comme étant ceux de simple citoyens. On notera aussi la présence de nombreux « journalistes » parmi les émeutiers. Selon le correspondant de Reuters, « certains manifestants interpellés se sont également présentés comme des journalistes ». Où comment organiser les émeutes que l’on présentera ensuite !
 
Leurs « analyses » ignorent le fait majeur de ces élections : les voix et sièges perdus par le parti présidentiel RUSSIE UNIE se sont portés principalement sur les nationaux-communistes du KPRF, le Parti Communiste de la Fédération de Russie de Ziouganov et sur les patriotes de gauche de RUSSIE JUSTE. C’est-à-dire sur les formations du camp patriotique qui vont influencer RUSSIE UNIE vers une opposition plus radicale à l’Occident. Les libéraux favoris de l’OTAN, présents avec IABLOKO à ces élections, feraient moins de 3% et n’ont aucun siège. Les Russes rejettent durablement et dans leur immense majorité le libéralisme qui avait conduit la Russie d’Eltsine, celle des années 1991-1999, à la faillite.
 
RESTE DONC à l’Occident à tenter une révolution de couleur. La boucle est bouclée ! La TV sarkozyste France 24 évoque déjà « un printemps russe ». A l’image du soi-disant « printemps arabe » …
 
LM
 
 
# POUR ALLER PLUS LOIN DANS L’ANALYSE :
 
Pour PCN-TV MOSCOU, Luc MICHEL analyse la subversion de l’OTAN en Russie et annonce à Moscou le 14 octobre 2011 ce qui va se passer pour le 4 décembre :
 
Sur EODE-TV, à l’occasion d’un colloque organisé le 13 octobre à la CHAMBRE CIVIQUE RUSSE sur ces élections, Luc MICHEL analyse le jeu trouble de l’OSCE et des ONG occidentales :
SCIENTIFIC ELECTION MONITORING VERSUS WESTERN INTERVENTIONISM
Intervention in the debates in English : http://vimeo.com/31521294
Conférence en Français : http://vimeo.com/31178690
Lecture in English : http://vimeo.com/31499424
 
 
 
 

  

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Comments are closed.