# SYRIA COMMITTEES / MOSCOU FAIT FRONT A L’ONU AVEC DAMAS !

 
Sergueï Lavrov : « Les changements de régime, ce n’est pas notre travail. Certains autres pays … »
Par Luc MICHEL / Avec PCN-SPO – ABC TV & AFP / 2012 01 31 /
 
Après s’être faite rouler dans la farine à l’ONU lors de l’Affaire libyenne, la Russie n’interviendra pas dans les affaires de la Syrie.
Moscou ne demandera pas à Bachar al-Assad de démissionner, a déclaré ce mardi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, soulignant qu’il n’appartient pas aux autres de s’ingérer dans les affaires de la Syrie.
Après 10 mois de violences en Syrie qui selon les Nations unies – qui reprennent sans aucun recul ni contrôle les affabulations des pseudos ONG financées par les USA, comme le pseudo « Observatoire syrien des droits de l’Homme » (sic) – auraient fait plus de 5.400 morts (resic), la pression s’accentue sur la Russie pour qu’elle face preuve de plus de fermeté vis-à-vis du président Assad et de son régime.
 
La Russie, qui utilise son droit de veto au conseil de sécurité de l’ONU, exaspère les pays occidentaux en refusant de soutenir la résolution demandant le départ d’Assad. "Je ne pense pas que la politique russe consiste à demander aux gens de démissionner. Les changements de régime, ce n’est pas notre travail. Certains autres pays …", a déclaré Sergueï Lavrov en Australie dans une interview mardi sur la chaîne nationale ABC. "C’est aux Syriens de décider eux-mêmes comment le pays doit être dirigé, sans aucune ingérence extérieure ", a ajouté M. Lavrov.
Un projet de résolution des Nations unies sur la Syrie, dicté par les USA et l’OTAN, appelle le président Bachar al-Assad à mettre fin aux violences contre l’opposition et transférer "toute son autorité à son vice-président", en vue d’opérer une transition démocratique.
 
LES PUTAINS « EUROPEENNES » ET « ARABES » DES USA A L’OFFENSIVE CONTRE LA SYRIE
 
Les dirigeants « européens » – les politicards de l’UE n’ont pas plus de légitimité à représenter l’Europe que n’en avait Quisling à parler au nom de la Norvège en 1941 – ont demandé ce lundi soir à l’ONU d’agir pour mettre fin à la "répression" en Syrie à la veille d’une réunion du Conseil de sécurité.
"Nous sommes indignés par les atrocités et la répression commises par le régime syrien et nous exhortons les membres du Conseil de sécurité de l’ONU à prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à la répression", a déclaré le non-président de l’UE, Herman Van Rompuy, la serpillière sociale-chrétienne, au cours d’une conférence de presse.
 
Le non-président de l’UE a emboîté le pas de la secrétaire d’Etat, Hillary Clinton, qui a également appelé lundi l’ONU à agir pour faire cesser la violence en Syrie.
"Les Etats-Unis condamnent dans les termes les plus fermes l’escalade des attaques violentes et brutales perpétrées par le régime syrien contre son propre peuple", a déclaré Mme Clinton dans un communiqué. "Le Conseil de sécurité doit agir afin de faire clairement savoir au régime syrien que la communauté internationale considère ses agissements comme une menace pour la paix et la sécurité", a ajouté Mme Clinton qui se rendra personnellement à la réunion du Conseil de sécurité mardi à New York. Clinton, dont le mari a fait bombarder Belgrade et est responsable de la mort d’un million d’enfants irakiens par l’embargo yankee, et dont le régime Obama qu’elle représente vient tout juste d’assassiner 170.000 libyens, s’y connaît en matière d’attaques brutales …
 
Plusieurs ministres des Affaires étrangères européens, dont le Français Alain Juppé et le Britannique William Hague, seront également à New York pour cette réunion.
Les pays occidentaux souhaitent faire adopter un projet de résolution qui réclame le départ du président syrien Bachar al-Assad. Mais la Russie, qui dispose d’un droit de veto, a réaffirmé lundi son opposition à ce projet.
 
LE COMPLOT OCCIDENTAL A L’ONU CONTRE LA SYRIE BA’ATHISTE
 
Le projet, préparé par les Européens avec plusieurs pays arabes dont le Maroc (le petit roi, caniche docile des USA, a peur de perdre son trône et a déjà participé aux bombardements de l’OTAN Sur la Libye …), reprend les grandes lignes du plan de la Ligue arabe. Celui-ci prévoit la fin des violences et le transfert des pouvoirs de Bachar al-Assad à son vice-président avant l’ouverture de négociations avec la pseudo « opposition » aux ordres directs des USA et de l’OTAN.
Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, et le Premier ministre pro-islamistes du Qatar (le fer de lance de l’offensive américaine au Proche-Orient), cheikh Hamad ben Jassem Al Thani, exposeront le plan « arabe » concoté au State Departement devant le Conseil.
 
En raison de la "résistance" de la Russie, Alain Juppé estimait lundi « que les conditions pour adopter une résolution n’étaient pas encore réunies ».
Selon des sources diplomatiques françaises cependant, "les équilibres au sein du Conseil de sécurité de l’ONU ont évolué", notamment avec l’arrivée début janvier de cinq nouveaux membres non-permanents (Maroc, Togo, Guatemala, Pakistan, Azerbaïdjan), plus convaincus de la nécessité d’agir dans la crise syrienne.
Parallèlement, le Brésil qui, avec les autres émergents membres non-permanents –Inde et Afrique du sud– s’opposaient à toute ingérence dans les affaires syriennes, n’est plus au Conseil de sécurité."Au moins dix pays" sur les quinze pourraient désormais être en faveur du projet de résolution, selon des diplomates français.
 
Hélas cette belle stratégie est mise en échec par les vetos russe et chinois …
 
LM
 
 
 
 
 
 
 

  

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Comments are closed.