# PCN-SPO / APRES LE « KARACHIGATE » ET LE « TRIPOLIGATE » : VOICI LE « QATARIGATE » DE SARKOZY !???

 

 
Sarkozy a-t-il touché les 30 deniers de Juda du Qatar pour avoir trahit Kadhafi et la Libye, après tous les engagements conclus par la France et l’UE avec la Jamahiriya avant février 2011 ?
Luc MICHEL pour PCN-SPO / 21/05/2012 /
avec AFP – La Libre Belgique – Jeune Afrique – Al-Ousboue – Slate Afrique – Marianne – Libération – Le Monde /
 
Récemment, Ziad Talkkiedine, homme d’affaires franco-libanais proche de l'UMP, avait affirmé que "le système Sarkozy est en train de tomber" et qu'une "autre affaire" impliquant Sarkozy allait bientôt éclater. "Elle va s'appeler 'l'affaire du Qatar'. A coté, l'affaire Bettencourt, vous verrez…", avait-il prévenu dans un entretien à Jeuneafrique.com …
 
Nous y voilà ! « Un cadeau a été offert à un "chef d’Etat européen à l’occasion de la naissance récente de son bébé », écrit La Libre Belgique (Bruxelles, ce 21/05/2012) : « La rumeur se répand, petit à petit. Pourtant, rien n'indique que les faits sont avérés. Mais le mutisme du principal intéressé laisse perplexe. Pourquoi Nicolas Sarkozy n'infirme pas avoir reçu un somptueux cadeau au Maroc à la fin 2011 ? » 
 
Le quotidien bruxellois fait écho à une information qui avait été initialement publiée, en novembre dernier, par le magazine marocain Al-Ousboue. « Nicolas Sarkozy n'y était pas cité nominativement », mais l'article mentionnait un cadeau offert par « un richissime homme d’affaires des Emirats arabes unis » à un « chef d’Etat européen à l’occasion de la naissance récente de son bébé ».  Lorsqu’on sait le mode de fonctionnement du Qatar, une monarchie absolue, qui contrôle absolument tout, à commencer par l’économie qatarie, on commence à mieux comprendre !
La cadeau en question serait « un superbe palais faisant partie du projet immobilier de luxe Amelkis à Marrakech », poursuivait l'hebdomadaire. 
 
Et, ajoute La Libre, « si cette information refait maintenant surface, c'est en raison du départ immédiat, pour le Maroc, du président déchu et de sa famille sitôt la passation de pouvoir avec François Hollande entérinée. Il se murmure d'ailleurs que l'ancien homme fort de l'UMP pourrait profiter d'une retraite dorée sous les latitudes du Royaume chérifien ». 
« Carla et son époux vont souffler un peu, réfléchir à leur avenir mais aussi redécouvrir un autre rythme, sur un autre mode », a déclaré une source proche de l'ex-première dame de France au site Slate Afrique. 
 
Mais, interroge encore La Libre, « comment expliquer que Nicolas Sarkozy ait pu recevoir une telle propriété en "cadeau" ? Au vu du bourdonnement que suscite cette polémique, sur les réseaux sociaux notamment, Sarkozy aurait peut-être avantage à sortir de son mutisme et à faire preuve de transparence » … 
 
Impliqué dans le « Karachigate » (des rétrocommissions au Pakistan et à Taiwan) et le « Tripoligate » (le financement des campagnes de Sarkozy en 200-2007 par Kadhafi), voici Sarkozy qui apparaît dans un troisième dossier …
 
QUELLE EST LA VRAIE NATURE DES RELATIONS ENTRE SARKOZY ET LE QATAR ? 
 
Cela fait déjà longtemps que les relations entre Sarkozy et la monarchie du Qatar posent question. Déjà le 4 Août 2011, Marianne (Paris), à la suite de plusieurs medias français, posait la question qui dérange : « Quelle est la vraie nature des relations entre Sarkozy et le Qatar ? » : « L'hebdomadaire sportif So Foot puis le quotidien Libération se sont attardés ces derniers jours sur les relations étroites nouées entre Nicolas Sarkozy et le Prince héritier du Qatar, Tamim bin Hamad Al Thani. Des relations qui semblent dépasser le simple cas de l'habituelle diplomatie. Sarkozy n'a pas l'exclusivité des relations amicales ou soutenues avec les autorités du Qatar. Même si le Qatar « n'est pas vraiment un pays fréquentable » (dixit Eric Leser pour Slate.fr), une belle partie de la classe politique française se rend régulièrement à Doha, de gauche comme droite. Mais Nicolas Sarkozy est … président. Ses relations ont une autre importance». 
 
En juillet 2007, le Qatar aurait déjà payé la compensation financière négociée avec les familles libyennes – qualifiée depuis de « rançon » – nécessaire à la libération des infirmières bulgares retenues par les autorités libyennes (320 millions d'euros). Pour permettre à Sarkozy de tirer la couverture médiatique à lui dans ce dossier et de mettre en valeur son épouse d’alors Cécilia, dans un geste à usage privé sensé sauvegarder son mariage agonisant. Belle confusion d’intérêts privés assimilés à un geste humanitaire. A l'époque, le Monde notait : «il apparaît peu probable, aux yeux des connaisseurs de la région, que le Qatar ait pu consentir un tel geste – susceptible de résoudre le problème de l'argent – sans contrepartie ». Libération ajoutait que « La complexité du montage et les montants en jeu (320 millions d’euros) laissent penser que l’opération était dans les tuyaux avant l’élection présidentielle ». 
 
Marianne précise que « Le Qatar est un gros investisseur en France. Quasiment tous les secteurs économiques sont concernés. En 2009, il a été exonéré tout impôt sur les plus-values immobilières par le biais d'une convention proposée par Sarkozy et ratifié par le Parlement …»
En mars 2010, Nicolas Sarkozy a élevé au rang de grand officier de la Légion d’honneur le Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani. 
 
LE QATAR ET LA « GEOPOLITIQUE DU SPORT »
 
Dans notre monde globalisé, l’hypermédiatisation artificielle a conduit à une « géopolitique du sport et du football », où le sport est devenu un enjeu important de la politique internationale.
Le sport, qui donne au Qatar un rôle international démesuré, est évidemment un sujet sensible. Et Sarkozy et son régime un auxiliaire de poids dans ce domaine.
 
En avril 2011, précise Marianne, « Sarkozy est intervenu directement dans la reprise du club de football PSG par le fond d’investissement qatari QSI. La justification par Franck Louvrier, son conseiller en communication, est curieuse : « Il s’est intéressé de près au dossier. D’abord parce que c’est un État étranger qui investit en France, et puis parce qu’il est supporteur ». QSI est déjà actionnaire, minoritaire, de VINCI, concessionnaire du Stade de France, à qui l'Etat paye environ 6 millions d'euros de redevance par an pour compenser l'absence de club résident. ». 
 
Ce qui conduit à un psychodrame au sein du gouvernement Fillon. Marianne évoque à ce sujet « la rage de Nicolas Sarkozy contre sa ministre des Sports, Chantal Jouanno », évoquant un « coup de sang » et s’interrogeant «Y-a-t-il d'autres intérêts que l'on ne connaît pas ? »  Libération rapporte aussi à ce propos qu'elle « a été à deux doigts du renvoi à cause d'une simple déclaration publique, sur RMC, où elle disait regretter qu'un fond français n'ait pas repris le PSG ». Fillon aurait sauvé la tête de sa ministre en déclarant qu'«on ne peut pas désavouer publiquement celle qui vient d'être désignée pour conduire la liste de l'UMP aux sénatoriales de septembre à Paris». 
 
Déjà en janvier 2011, écrit encore Marianne, « notre Monarque se félicitait de la désignation du Qatar pour l'organisation de la Coupe de Monde de football de 2022.  Il avait personnellement demandé à Michel Platini, patron de l'UEFA, de voter pour cette candidature ».
 
LE QATAR, LE SOI-DISANT « PRINTEMPS ARABE » ET L’AGRESSION DE L’OTAN CONTRE LA LIBYE
 
Marianne confirmait le rôle du Qatar dans l’agression de l’OTAN contre la Jamahiriya libyenne : « le Qatar soutient les printemps arabes, mais il n'y a pas de printemps arabe au Qatar. C'est d'ailleurs bien inutile. Les trois quarts des résidents qataris sont des immigrés. En mars, le Qatar était l'un des piliers arabes de la coalition onusienne qui attaqua la Libye. Le pays a mis en place des rotations maritimes pour transporter des blessés libyens en provenance de Benghazi et de Misrata vers des hôpitaux en Tunisie. Il livre également des armes aux insurgés. L’émir Sheikh Hamad bin Khalifa Al Thani fut également le seul leader arabe à reconnaître le Conseil national de transition. Il faut préciser qu'il y a aussi des liens tribaux entre Benghazi et l'émir du Qatar ». 
 
Précisons encore que ce sont les généraux français de l’OTAN qui vont, sur ordres de Sarkozy, amener l’islamiste Habdelhakim Belhadj – cadre d’Al-Qaida et ancien de Guantanamo – au poste de « gouverneur militaire de Tripoli » fin août 2011. Donnant un rôle politique démesuré et un poste clé à ce protégé du Qatar. Et courcircuitant le CNT à Tripoli.
 
Sarkozy a-t-il touché les 30 deniers de Juda du Qatar pour avoir trahit Kadhafi et la Libye, après tous les engagements conclu par la France et l’UE avec la Jamahiriya ? L’ « affaire du Qatar » – dixit Takedine – et le « cadeau marocain » évoqué par Al-Ousboue prennent ici tout leur sens …
 
http://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office?sk=notes#!/note.php?note_id=367731943291764
 
This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Comments are closed.