# SYRIA COMMITTEES – COMITES SYRIE / VAGUE D’ATTENTATS TERRORISTES EN SYRIE !

 

 
Luc MICHEL pour Syria Committees
avec PCN-SPO – AFP – Sana / 2012 12 14 /
Une série d'attentats a frappé Damas et sa banlieue ces mercredi 12 et jeudi 13 décembre.
 
L’Armée Arabe Syrienne ne s’effondrant pas, la situation militaire est bloquée pour l’ASL et ses maîtres occidentaux. Ainsi Damas n’a pas été prise, Alep n’est pas aux mains des djihadistes, les régions kurdes se sont levées contre l’ASL et ses alliés turcs, la région alaouite est entièrement sous contrôle … Le terrorisme pur et simple, celui des bombes et des attentats sanglants contre les civils et les minorités, est de plus en plus le choix des djihadistes.
 
LA TERREUR DJIHADISTE CONTRE LES CIVILS PRO-ASSAD ET LES MINORITES
 
Une voiture piégée a fait 16 morts en banlieue de Damas ce 13 décembre.
L’attaque visait des militaires et leurs familles. 23 personnes ont été blessées et 16 tuées.
Seize personnes, «en majorité des femmes et des enfants», ont été tuées jeudi matin par l’explosion d’une voiture piégée à Qatana, une banlieue au sud-ouest de Damas, a rapporté l’agence officielle syrienne Sana. Outre les 16 morts, dont sept enfants et plusieurs femmes, 23 personnes ont été blessées, dont plusieurs grièvement, a précisé l’agence selon qui «des terroristes ont fait exploser une voiture piégée remplie d’une importante quantité d’explosifs».
Le régime de Damas assimile fort justement les rebelles à des «terroristes» armés et financés par l'étranger. Cette localité pauvre, à majorité sunnite mais comptant aussi une communauté chrétienne, soutient l’armée et le président Assad.
La télévision publique a imputé l'attentat à des "terroristes", la terminologie officielle désignant les gangs islamistes, et diffusé des images de soldats à proximité d'un immeuble en partie détruit.
 
Une deuxième voiture piégée, d'après la chaîne de télévision publique Al Ilhbariya, a explosé dans le quartier damascène d'Al Djadideh, faisant huit morts, des femmes et des enfants principalement.
 
Mercredi, une vague d’attentats avait déjà secoué Damas et sa périphérie, faisant 13 morts.
Une personne a été tuée par deux bombes à Jaramana, une localité pro-Assad où vivent en majorité des druzes et des chrétiens au sud-est de Damas. Deux autres bombes ont explosé derrière l’ancien palais de Justice dans le centre de Damas, faisant un blessé. Et, dans le nord-ouest de Damas, une explosion a secoué le quartier de Doumar al-Gharbi, suivie de tirs nourris, sans faire de victimes. Dans la nuit de nouvelles attaques ont eu lieu à Damas et dans sa périphérie, sans faire de victimes.
 
L’explosion d’une bombe dans un minibus a encore fait trois morts -un journaliste travaillant pour les médias officiels, une femme et un enfant- dans le secteur 86 du quartier de Mazzé, habité par des alaouites.
 
LE MINISTERE DE L’INTERIEUR FRAPPE
 
Trois attaques, dont l’une à la voiture piégée, ont visé le ministère de l’Intérieur, faisant neuf morts, dont le député Abdallah Qirouz, membre du Parti national social syrien, pro-régime, et huit militaires. Le ministre a été blessé selon une source au sein des services de sécurité.
 «Une explosion a secoué le quartier de Kafar Soussé (sud-ouest de Damas) et selon les premières informations elle visait le portail du ministère de l’Intérieur», a indiqué la TV officielle sans préciser si l’attaque a fait des victimes.
 
Trois explosions, dont l'une causée par une voiture piégée, ont visé mercredi le ministère de l'Intérieur à Damas, faisant des blessés, a rapporté la télévision officielle syrienne.
"Trois explosions, dont celle d'une voiture piégée, ont visé le ministère de l'Intérieur à Kafar Soussé, dans l'ouest de Damas, et ont fait plusieurs blessés", a aussi indiqué la chaîne en précisant que les attentats avaient eu lieu devant le portail principal du ministère.
 
Les premières images diffusées par la télévision al-Ikhbariya, la chaîne d'Etat d'informations en continu, ont montré des traînées de sang au sol ainsi que de larges cratères creusés au milieu de gravats.
 
LE FRONT AL-NOSRA REVENDIQUE L’ATTENTAT
 
Le Front al-Nosra – Al-Qaida en Syrie – a revendiqué sur son compte twitter – qui reste ouvert – l'attentat contre le ministère de l'Intérieur !
 
Depuis le début, en mars 2011, de la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad, Damas, la ville la plus sécurisée du pays, a été secouée par une série d’attaques à l’explosif, dont des attentats suicide visant pour la plupart des bâtiments gouvernementaux et de la sécurité. Le plus spectaculaire a eu lieu le 18 juillet, lorsque quatre hauts responsables de la Sécurité, dont le beau-frère du président, ont été tués dans un attentat visant le bâtiment de la Sécurité nationale à Damas et revendiqué par l’Armée syrienne libre (ASL).
 
Selon le département d’Etat américain, qui vient de placer sur la liste des organisations terroristes les jihadistes du Front al-Nosra, cette organisation a revendiqué depuis novembre 2011, 600 attaques, dont 40 attentats suicide dans les principales villes de Syrie.
Le 18 octobre, un homme circulant en moto s'était fait exploser près du siège du ministère de l’Intérieur sans faire de victime, selon un responsable des services de sécurité. Le 26 septembre, un double attentat a visé le siège de l'état-major et a été revendiqué par au moins deux groupes jihadistes. L’attaque la plus meurtrière dans la capitale avait fait 55 morts en mai.
 
HYPOCRISIE AMERICAINE
 
Il ne faut pas se laisser abuser par l’attitude du département d’Etat américain envers Al-Nusra, purement conjoncturelle et propagandiste. Les USA et leur bras armé de l’OTAN encadrent, organisent, arment et financent les groupes djihadistes aussi bien en Libye qu’en Syrie. Et leurs proches alliés qataris et saoudiens font de même. Le vrai patron de l’ASL est le libyen Habdelhakim Belhadj (*), dirigeant d’Al-Qaida, appointé « gouverneur militaire de Tripoli » en Août 2011.
 
S’appuyant sur des infos publiées par le quotidien espagnol ABC, le journaliste français Patrice de Plunkett affirme que « l’ASL est commandée sur le terrain par deux islamistes radicaux libyens, le désormais fameux Abdelhakim Belhadj, ex-compagnon de Ben Laden et un temps gouverneur de Tripoli par la grâce de l’OTAN, de Sarkozy et de Juppé, et Mahdi al-Harati, ex-commandant de la « brigade de Tripoli » pendant la guerre civile libyenne et ex-numéro 2 du « conseil militaire révolutionnaire » dans la capitale libyenne. Les deux hommes, peut-être un peu encombrants aux yeux du CNT, se sont donc « délocalisés » en Syrie, à la fin du mois de novembre dernier (ndla : 2011). » Amenés en Syrie par l’OTAN et l’AKP islamiste au pouvoir en Turquie. Nous ne disons pas autre chose depuis la fin 2011.
Et les djihadistes libyens ne sont évidemment pas venus seuls ! « Avec, précise encore Patrice de Plunkett, 600 (700 selon d’autres sources) compatriotes Larmés. Qui s’acharnent depuis à mettre le nord de la Syrie à l’heure djihadiste ».
 
Les dirigeants du pseudo CNS – dont le chef de la Coalition de l’opposition radicale syrienne, frécemment reçu à l’Elysée par François Hollande – ont par ailleurs « regretté » la condamnation d’Al-Nusra …
 
Seuls les djihadistes d’Al-Qaida peuvent fournir les troupes de choc du terrorisme made in NATO importé en Syrie. Comme le reconnaissent cyniquement les principaux Think Tank américains, comme STARTFOR ou l’influent CFR (**) …
 
LE DJIHADISME RADICAL A L’ASSAUT DE LA SYRIE
 
« Ces six derniers mois de guerre entre forces gouvernementales et insurgés ont pourtant été marqués par une montée en puissance dans les rangs rebelles des groupes jihadistes », a constaté l'AFP ce jeudi, « avec l'émergence sur le devant de la scène du Front al-Nosra, dont les hommes sont présents sur toutes les lignes de front ».
 
les terroristes ont mené des raids éclair ou déclenché des bombes à l'intérieur de Damas, prenant le plus souvent pour cibles des bâtiments de la sécurité d'État ou des quartiers considérés comme acquis au régime.
C'est le cas notamment du quartier de Jaramana, où un double attentat à la bombe a fait plus de 50 morts fin novembre.
 
LM
 
 __________________
 
(*) Cfr. Luc MICHEL, SYRIA COMMITTEES / HOMS OU ALEP : LES GANGS DJIHADISTES DE L’ASL FONT REGNER LA TERREUR !
 
(**) Cfr. Karel HUYBRECHTS, PCN-SPO / WEBSITE DU CFR : AL-QAIDA EN SYRIE AVEC L’ASL MADE IN NATO !
 
 
Photo : Une série d'attentats a frappé Damas et sa banlieue, dès mercredi 12 décembre.
(Photos Reuters). 
This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Comments are closed.