# ELAC & ALAC Committees / LIBYE : ATTAQUE À SEBHA CONTRE MEGARYEF, LE TRAÎTRE AMÉRICANO-LIBYEN QUI PRÉSIDE LE PARLEMENT FANTOCHE LIBYEN

 

Luc MICHEL / 2013 01 07 /
avec PCN-SPO – The McClatchy Company – Manipulations Africaines – The Washington Post /
 
Le président de l’ « Assemblée nationale libyenne » fantoche, installée par les USA et l’OTAN (*), le traître libyen naturalisé américain et employé de la CIA depuis le début des Années 80, Mohamed Megaryef, a échappé à une “tentative d’assassinat”, selon diverses agences et réseaux sociaux. Megaryef, a « échappé ce jeudi à une “tentative d’assassinat”, alors qu’il se trouvait à son hôtel jeudi à Sebha, une oasis du sud du pays, a indiqué dimanche son porte-parole » .L’hôtel où il logeait a été « attaqué pendant trois heures. Il y avait des tirs de snipers ». Ce qui en dit long sur la puissance des attaquants, pas un attentat, mais une action de type militaire.
 
« Il semblerait qu’il s’agissait d’une tentative d’assassinat » (sic), a aussi déclaré le porte-parole du chef de l’Assemblée, Rassmi Beruwien. « Trois membres de la sécurité militaire ont été blessés, mais malheureusement personne n’a été arrêté. L’attaque a été perpétrée contre l’endroit où réside le président, ce qui constitue une tentative d’assassinat » (resic), a-t-il ajouté.
 
Mohamed Megaryef, qui n’a pas été blessé dans l’attaque, a parlé à la télévision d’Etat de cet incident dans un discours repris par les sites de réseaux sociaux. « Aux environs de 2 heures du matin, il y a eu des explosions et des tirs de snipers contre l’hôtel où nous logions. L’échange de tirs a duré environ trois heures », a-t-il précisé. En décembre, Tripoli a imposé la loi martiale dans la région et a ordonné la fermeture des frontières terrestres avec les pays voisins. Le but étant, comme on a pu le lire sur les médias africains, mais pas dans les pays de l’OTAN, d’empêcher les mouvements de la RESISTANCE VERTE pro Kadhafi.
 
LA RESISTANCE VERTE ; UN SPECTRE QUI HANTE LA LIBYE OCCUPEE DU CNT ET DE L’OTAN …
 
La Résistance Verte des pro Kadhafi continue en effet le combat. Ce n’est ni le « pays apaisé » des médias de l’OTAN. Ni non plus les « batailles de rues » de certains illuminés sur les réseaux sociaux ou des mytho-mensonges de certains journalistes « non mainstream ». C’est quelque chose entre la Résistance française de 1943, les débuts de la Bataille d’Alger du FLN ou encore, dans le centre et le sud de la Libye, les combats des Titistes yougoslaves vers 1942.
 
Une résistance bien armée, qui peine à s’organiser et manque d’un leadership. Mais qui se bat, tue des kollabos et des djihadistes, attaque des prisons et fait évader des prisonniers – on estime à plus de 17.000 les détentions illégales de Kadhafistes, mais aussi d’africains innocents frappé par le racisme anti-noir des islamistes, dans les prisons des islamistes et du CNT -, on fait sauter des dépôts d’armes. Et dans le sud – en particulier dans la région de Sebha, ancien fief de Kadhafi d’où était partie la révolution du 1er Septembre 1969 -, on contrôle des routes, des localités, des quartiers. Partout on frappe les kollabos du CNT. Les médias de la Résistance appellent particulièrement à une « offensive » en ce début 2013 …
 
MEGARYEF, UN DE CES AMERICANO-LIBYENS AU SERVICE DE L’IMPERIALISME
 
Megaryef, comme son complice Khalifa Hifter « général libyen » au service de la CIA depuis trois décennies et en charge de la réorganisation de la nouvelle Armée coloniale libyenne au service de l’OTAN, est l’exemple typique de cette clique de traîtres qui a organisé la recolonisation de la Libye.
 
Président du « Congrès général national libyen » (le nom a été choisi pour usurper celui du « Congrès Populaire général », la plus haute institution de la Démocratie Directe libyenne sous Kadhafi), la nouvelle Assemblée nationale fantoche, issue des élections législatives truquées du 7 juillet 2012 (*), Mohamed al-Megaryef est à la fois un citoyen américain depuis plus de 30 ans et un économiste, réputé proche des islamistes. Ce qui n’est pas un hasard puisque les islamistes libyens ont été instrumentalisés dès 1980 par la CIA contre le régime révolutionnaire de Kadhafi. Megaryef dirige aussi actuellement le Front national libyen, une formation néo-conservatrice très à droite.
 
Né en 1940 à Benghazi, berceau de la révolte libyenne, Mohamed al-Megaryef est l’ancien ambassadeur de Libye en Inde. Cette « grande figure de l’opposition à Mouammar Kadhafi », selon les médias de l’OTAN, a choisi de s’exiler dans les années 80. Il dirigeait alors le « Front national pour le salut de la Libye » – groupuscule armé, encadré et financé par la CIA, une formation politique à l'étranger chargée par les américains de regrouper les opposants en exil, et dont sa formation actuelle est issue – qui a tenté à plusieurs reprises par des coups d’état et des campagnes de terrorisme de mettre fin au régime de du leader libyen.
 
TROIS DECENNIES DE COUPS D’ETAT ET D’ATTENTATS OCCIDENTAUX CONTRE KADHAFI
 
L’Occident, USA et britanniques principalement, a en effet organisé de 1980 à celui de Benghazi les 15-16 février 2011, des dizaines de tentatives de coups d’état et d’assassinats du leader libyen, planifié par la CIA ou le MI6 britannique. Et qui avaient fait de la baraka de Kadhafi une légende au Proche-Orient.
 
Celui de 1998 était dirigé par Ben Laden et visait à placer des Islamistes radicaux, financés par la CIA et formés par le MI6, au pouvoir. Ce qui vaudra à Ben Laden son premier mandat d’arrêt international lancé par Tripoli auprès d’Interpol. Et immédiatement bloqué par les Américains. Bref déjà la configuration du CNT …
 
KHALIFA HIFTER : L’OFFICIER DE LA CIA EN CHARGE DES ISLAMISTES LIBYENS
 
Derrière ces coups d’états depuis 25 ans, un autre américano-libyen, lui aussi employé de la CIA. Le vieux complice de Megaryef et avec lui le vrai patron de la Libye post CNT : Khalifa Hifter (encore écrit Haftar ou Hafter). Lui aussi un parcours de traître exemplaire au service des ennemis de son pays.
 
Dès mars 2011, le journal McCaltchy révélait que Khalifa Hifter, un ex-colonel déserteur de l’armée de Kaddhafi, avait « été envoyé pour diriger les rebelles libyens »  appuyés par l’ONU, les Etats-Unis et la coalition.  Hifter depuis vingt ans vivait « dans la banlieue de la Virginie » (où est installée la CIA, à Langley), « où il s’est établi mais l’ancien officier de Kaddhafi a maintenu des liens avec des groupes restés au pays », écrivait  Chris Adams l’auteur de l’article. Une connaissance de Khalifa a dit à Adams que  » on ne savait pas ce que faisait réellement Hifter pour nourrir sa nombreuse famille »
 
Hifter est en effet un agent de la CIA ce qui explique son long séjour en Virginie. En  1996, le Washington Post (26 mars 1996) informait lui qu’un « Colonel Haftar était arrivé aux Etats-Unis ».  Et qu’ « il était le leader d’un groupe de « contra » établi aux Etats-Unis,  l’Armée Nationale Libyenne ». Ce groupe est soutenu par les Etats-Unis, où il dispose de camps d’entrainement. « Il est probable  que le groupe du Colonel Haftar opère en Libye avec la bénédiction de notre gouvernement », soulignait le Washington Post.
 
Deux ans plus tard c’était le coup d’état de Ben Laden en Libye …
14 ans plus tard, Hifter réapparaissait à Benghazi, en Mars 2011, appointé « général » et commandant des milices du CNT. A la grande colère du général Younes, lui déserteur de l’Armée libyenne depuis seulement quelques jours, et qui se voyait déjà en général en chef des rebelles de Benghazi. Gageons que l’exécution sauvage fin juillet 2011 de Younes par des djihadistes du même CNT proches de son leader Mustapha Abdeljalil (**) n’a pas du peiner beaucoup Hifter …
 
Le livre de Pierre Péan MANIPULATIONS AFRICAINES, fait de Hifter un employé de la CIA dès 1987, « Haftar, alors colonel de l’armée de Kadhafi, avait été capturé au Tchad où il combattait avec une rébellion soutenue par la Libye contre le gouvernement d’Hissène Habré, soutenu par les États-Unis. Il fit défection pour le Front National de Salut Libyen (FNSL), la principale force d’opposition à Kadhafi, qui avait le soutien de la CIA ». Le groupuscule armé de Megaryef pour rappel, le monde des traîtres libyens est bien petit. « Il organisa sa propre milice qui opéra au Tchad jusqu’à la déposition d’Hissène Habré en 1990 par Idriss Déby,  son rival appuyé par la France ». Selon Péan, « la force de Haftar, créée et financée par la CIA au Tchad, disparut dans la nature avec l’aide de la CIA peu de temps après le renversement du gouvernement par Idriss Déby ». What else ?
 
LM
 
_____________________ 
 
(*) Luc MICHEL, OU VA LA LIBYE ? DE LA COMEDIE DE LA PSEUDO DEMOCRATIE A LA SOMALISATION …
 
(**) Luc MICHEL : LES VRAIES INFOS SUR LA MORT DU GENERAL REBELLE LIBYEN ABDEL FATAH YOUNES !
 
et L’ANCIEN LEADER DU CNT MUSTAPHA ABDELJALIL SOUS ENQUETE OFFICIELLE POUR LE MEURTRE DE L’EX GENERAL LIBYEN YOUNES EN JUILLET 2011 …
 
_________________________
 
Photos :
* Citoyen US et « président » fantoche de Libye, Megaryef préside les funérailles de son concitoyen feu l’ambassadeur US Stevens, exécuté par certains de ses ex alliés djihadistes.
* Megaryef élu président de l'assemblée nationale libyenne, le 9 août 2012 à Tripoli. On notera à sa gauche son garde du corps américain.
This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Comments are closed.