#LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ GEOPOLITIQUE AFRICAINE: LES GROUPES DE SECURITE PARAMILITAIRES RUSSES POISSON-PILOTES DE MOSCOU EN AFRIQUE (LA ‘RUSSIE SUR LES CHAMPS DE BATAILLE DE LA GUERRE FROIDE’ II)

LM.GEOPOL - Le grand retour de Moscou en afrique VFR II wagner (2018 06 22) FR 1

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Luc MICHEL pour EODE/
Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
2018 06 22/

Partie II du Résumé français d’une analyse de Luc MICHEL
publiée originellement en anglais (début janvier 2018).

* Version anglaise complète sur :
LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/
AFRICAN GEOPOLITICS: HOW ‘RUSSIA REVISITS AN OLD COLD WAR BATTLEGROUND’ (SEEN FROM THE USA)
sur http://www.lucmichel.net/2018/01/17/luc-michels-geopolitical-daily-african-geopolitics-how-russia-revisits-an-old-cold-war-battleground-seen-from-the-usa/

« Le Groupe Wagner, une compagnie militaire privée liée au Kremlin, peut obtenir des contrats militaires au Soudan et en République centrafricaine, analyse le Think Tank ‘Stratfor’ (1). L’engagement militaire avec la Russie permettra au Soudan de maintenir un meilleur équilibre dans sa politique étrangère. Entrer en République centrafricaine permettra au Kremlin de gagner plus d’argent et d’attirer plus d’affaires à travers le continent.

« UN RETOUR À LA MER ROUGE » :
LE SOUDAN PORTE DE L’AFRIQUE POUR MOSCOU

« Le 5 janvier, des rapports ont révélé que le groupe Wagner, une compagnie militaire privée ayant des liens étroits avec le Kremlin qui était active en Syrie, avait envoyé un nombre inconnu d’employés (PMC) au Soudan. Le déploiement du groupe n’est pas surprenant compte tenu des décennies de liens étroits entre Khartoum et Moscou et à la lumière de la visite du président soudanais Omar al Bashir au Kremlin en novembre. Pendant le voyage, Al Bashir a invité ses hôtes à construire une base militaire sur la Mer Rouge, notant que l’assistance de la Russie était nécessaire pour contrer l’interférence des Etats-Unis dans la région. La demande du Soudan faisait suite à des démarches similaires de la part de l’Erythrée, de Djibouti et de la Somalie voisines pour persuader les puissances étrangères de construire des bases sur leur sol en échange de l’argent dont elles avaient tant besoin et de leur envergure mondiale ».

« Le plaidoyer d’El Bechir – qui n’a pas encore reçu l’aval de la Russie – semblait représenter un revirement de la politique étrangère soudanaise après les efforts de son pays ces dernières années pour reconstruire ses relations avec les Etats-Unis. Les ouvertures de Khartoum, y compris la coopération sur le partage des renseignements, ont porté leurs fruits en octobre 2017 lorsque le gouvernement américain Donald Trump a officiellement levé certaines sanctions contre le Soudan, suite à la décision de son prédécesseur de suspendre les mesures par décret. En outre, le pays africain a de plus en plus tenté de se distancer de l’Iran, l’un des alliés régionaux les plus importants de la Russie, pour se rapprocher de l’Arabie saoudite et de ses alliés dans le Conseil de coopération du Golfe – une réorientation lucrative pour le Soudan. Mais Khartoum se méfie de mettre tous ses oeufs dans un panier de politique étrangère ».

« Les dirigeants russes et soudanais partagent une hostilité à l’égard d’une ingérence réelle ou imaginaire dans leurs affaires intérieures et ils méprisent des institutions comme la Cour pénale internationale, qui a lancé un mandat d’arrêt contre El Bechir en 2009 pour crimes contre l’humanité. Le Soudan est un rouage important de la stratégie de Moscou visant à contenir l’extrémisme croissant dans des pays comme l’Égypte, la Libye et, dans une moindre mesure, la Syrie, tout en offrant un marché de produits alimentaires et de matériel militaire. Le Kremlin a promis de vendre 1 million de tonnes métriques de céréales au pays cette année, et il est tout aussi avide d’énergie, d’armes et de munitions. En novembre 2017, le Soudan est devenu le premier pays arabe à recevoir la quatrième génération d’avions de chasse SU-24 de la Russie dans le cadre d’un accord pour des mises à niveau d’équipement et de la formation d’une valeur estimée à 1 milliard de dollars. Khartoum a lutté pour gérer ses différents conflits internes pendant de nombreuses années et peut accueillir l’expertise testée par le combat de plus de formateurs militaires russes. » (2)

MOSCOU ENTEND « SUIVRE UNE POLITIQUE ÉTRANGÈRE AMBITIEUSE »:
LA CENTRAFRIQUE UNE PROJECTION VERS L’AFRIQUE NOIRE

« Les activités de Moscou en Afrique ne s’arrêtent pas là non plus, analyse ‘Stratfor’. D’autres rapports suggèrent que le Groupe Wagner pourrait bientôt se tourner vers la République centrafricaine (ce sera le cas quelques temps après). Les nouvelles selon lesquelles l’entreprise déploiera un contingent en République centrafricaine correspondent à la politique étrangère de Moscou, de plus en plus ambitieuse. La Russie a longtemps utilisé son industrie de l’armement et ses prouesses militaires comme un outil pour renforcer son influence dans le monde. Le mois dernier, il a fait pression sur le Conseil de sécurité de l’ONU pour qu’il envoie trois cargaisons d’armes légères et de munitions à l’armée centrafricaine malgré un embargo sur les armes qui a été mis en place depuis 2013. Peu important sur le plan géostratégique, le pays africain ancien chef colonial, France, pour un soutien externe. Avec peu de concurrence sur le terrain, la Russie est en train de gagner de plus grandes opportunités d’affaires et peut-être même d’accroître son influence dans la région environnante en y faisant des incursions. »

« Ces incursions éventuelles au Soudan et en République centrafricaine ne présagent pas d’un déploiement militaire russe à grande échelle en Afrique. Moscou semble plus intéressée » à agir « à travers les accords de Wagner que de se préparer à un investissement massif sur le continent. Même ainsi, la présence potentielle d’une compagnie militaire privée soutenue par le Kremlin dans deux pays d’Afrique subsaharienne pourrait ouvrir la voie à une participation russe plus forte ailleurs dans la région. »

QUE SAIT-ON DU ‘GROUPE WAGNER’ ?
LA REPONSE RUSSE A LA « PRIVATISATION » OCCIDENTALE DE LA GUERRE …

Le «Groupe Wagner» (ChVK Wagner) est une organisation paramilitaire russe de Sécurité, nommée en l’honneur de son fondateur et commandant, «ancien» officier de Spetsnaz, Yevgeny Wagner. Certains l’ont décrit comme une entreprise militaire privée (ou une agence de contrats militaires privés), dont les entrepreneurs auraient participé à divers conflits, y compris des opérations dans la guerre civile syrienne du côté du gouvernement syrien et, de 2014 à 2015 , lors de la guerre au Donbass en Ukraine, soutenant les forces séparatistes des Républiques populaires autoproclamées de Donetsk et Lougansk. D’autres sont d’avis que «ChVK Wagner» est une unité du ministère russe de la Défense déguisée, qui est utilisée par le gouvernement russe dans les conflits où le déni est nécessaire. Une autre source a déclaré que « le groupe militaire privé russe Wagner a été créé en 2013 par Surkov (conseiller de Poutine) pour aider Assad ».

LE ‘GROUPE WAGNER’ EN AFRIQUE :
LE POISSON-PILOTE DE MOSCOU SUR LE CONTINENT

Dans un entretien avec le site d’information russe « The Insider » début décembre 2017, le vétéran russe Igor Strelkov (Girkin, officier du GRU, les Renseignements militaires russes) a déclaré que « outre le retour à Lugansk, les PMC de Wagner étaient également présents au Soudan du Sud et peut-être en Libye ».

Le président soudanais Omar al-Bashir a déclaré au président russe Vladimir Poutine que son pays avait besoin de protection « contre les actions agressives des Etats-Unis ». Deux conflits internes ont fait rage au Soudan depuis des années (dans la région du Darfour et les États du Kordofan du Sud et du Nil Bleu), alors qu’une guerre civile avait lieu au Soudan du Sud depuis 2013. Le chef de la société privée russe ‘groupe RSB’ a déclaré avoir entendu dire que les PMC étaient déjà allés au Soudan et seraient revenus « avec une forme grave de malaria ».

Plusieurs dizaines de PMC du groupe RSB ont été envoyés en Libye début 2017 dans une installation industrielle près de la ville de Benghazi. , dans une zone tenue par les forces loyales au maréchal Khalifa Haftar, pour aider dans les opérations de déminage. Ils sont partis en février après avoir achevé leur mission. « Le groupe RSB était en Libye » à la demande de la compagnie libyenne de ciment (LCC). »

A la mi-décembre, une vidéo montrant des PMC de Wagner entraînant des membres de l’armée soudanaise ce qui semble confirmer la présence de Wagner au Soudan et non au Soudan du Sud. À la mi-janvier 2018, il a été rapporté que « Wagner pourrait déployer un contingent de ses PMC en République centrafricaine ».

NOTES :

(1) Cfr. “Russia Revisits an Old Cold War Battleground”, Stratfor, Worldview, January 15, 2018.

(2) Voir sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/
GRAND JEU AU PROCHE-ORIENT: POUTINE ‘NOUVEAU TSAR’ DE L’ORIENT (IV). MOSCOU DETACHE LE SOUDAN DE LA COALITION SAOUDIENNE
On http://www.lucmichel.net/2017/12/21/luc-michels-geopolitical-daily-grand-jeu-au-proche-orient-poutine-nouveau-tsar-de-lorient-iv-moscou-detache-le-soudan-de-la-coalition-saoudienne/

Photo :
Infographie américaine, présentant les Groupes paramilitaires de Sécurité russes.

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –
Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/
________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :
WEBSITE http://www.lucmichel.net/
PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
* EODE :
EODE-TV https://vimeo.com/eodetv
WEBSITE http://www.eode.org/

LM.GEOPOL - Le grand retour de Moscou en afrique VFR II wagner (2018 06 22) FR 2

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Comments are closed.