# ELAC COMMITTEES / L’ARMEE TURQUE D’OCCUPATION ACHEMINE TOUJOURS PLUS DE MERCENAIRES ISLAMISTES SYRIENS EN LIBYE

20200729 - MECENAIRES HTS EN LIBYE (3)

ELAC COMMITTEES /
L’ARMEE TURQUE D’OCCUPATION ACHEMINE TOUJOURS PLUS DE MERCENAIRES ISLAMISTES SYRIENS DE L’ASL ET DES DJIHADISTES HAY’AT TAHRIR AL-SHAM (1) EN LIBYE /
Par Fabrice BEAUR avec presse arabe et Division d’Information Militaire de l’ANL, 29/07/2020.

Selon l’Armée nationale libyenne (ANL), document video (2) à l’appui, il faut noter la présence des mercenaires turco-islamistes de l’Armée syrienne libre « Brigade Sultan Murad » dans le camp libyen de Yarmouk.

Selon le général de division Ahmed Al-Mesmar, porte-parole officiel de l’ANL : « La Brigade syrienne du sultan Murad, qui est affiliée à Ankara, met en place leur camp d’entraînement dans le camp de Yarmouk dans la capitale libyenne, Tripoli, pour former des groupes de mercenaires. »

Il poursuit en précisant : « Les mercenaires ont été transférés à la hâte de la Syrie vers la Libye sans formation adéquate pour remplacer les combattants expérimentés qui ont été transportés, préparés et mobilisés sur les fronts de Syrte et d’Al-Jafra, aux postes de garde. »

Al-Mesmari a déclaré également qu’ « il existe un plan visant à mobiliser 15.000 mercenaires syriens connus sous le nom de « Al-Iqtahamiban » (Forces spéciales, Forces d’élite) affiliés à Jabhat Al-Nusra », renommé « Hay’at Tahrir al-Sham » (HTS), notamment les « Al-Inghamisiyin ».

Auparavant, l’ANL avait annoncé en mai que « le chef de la division Sultan Murad, Abu Hammoud al-Azizi, avait été tué dans des affrontements dans la capitale libyenne. »

La montée en puissance des forces turco-djihadistes en Libye occupée ne s’arrête pas. Et pendant ce temps-là, l’AFRICOM, le Commandement militaire yankee pour l’Afrique, déclare avoir la preuve de la présence de quelques centaines de mercenaires russes en Libye du côté de l’ANL. Un Russe n’a jamais l’intention de rester sur place et n’assassine et n’égorge pas au nom de sa « foi ». Par contre, les groupes djihadistes, c’est une toute autre affaire.
Dans tous les cas, c’est bel et bien l’Armée turque qui a pris pied en Libye dans le cadre du programme du Régime d’Erdogan et de son idéologie impérialiste néo-ottomane. C’est donc une force occupante qui nécessite d’être combattue ! Le peuple libyen le fera comme il l’a fait hier en chassant les dirigeants fantoches et les soldats américains lors de la Révolution d’al-Fateh du 1er septembre 1969 !

FB

Notes :
(1) Branche d’al-Qaïda et des djihadistes en Syrie.
(2) https://youtu.be/Ryn1F_0SIm4
______________________________________
# JAMAHIRYAN RESISTANCE NETWORK
http://www.elac-committees.org
https://www.facebook.com/the.jamahiriyan.resistance.network
L’ACTU EN DIRECT SUR LA LIBYE, LA SYRIE, ETC …
» TWITTER : https://twitter.com/fabricebeaur
# SUR FACEBOOK LA COMMUNAUTE KADHAFISTE :
* Page officielle ELAC (Eurasie) :
Aller LIKER notre Page !
https://www.facebook.com/elac.committees
* Page officielle ALAC (Panafrique) :
Aller LIKER notre Page !
https://www.facebook.com/ALAC.org
* Groupe GADDAFI MEMORIAL :
Inscrivez vous et inscrivez tous vos amis !
https://www.facebook.com/groups/GADDAFI.MEMORIAL

20200729 - MECENAIRES HTS EN LIBYE (1) 20200729 - MECENAIRES HTS EN LIBYE (2)

Posted in # ALAC / AFRICAN-LIBYAN ACTION COMMITTEES, # ARTICLES BY LANGUAGE, # ELAC / EURO-LIBYAN ACTION COMMITTEES, # Fabrice BEAUR : Comptes-rendus militaires, # PRESS OFFICE / SERVICE DE PRESSE, # PRO JAMAHIRIYAN ON SOCIAL NETWORKS, # PRO JAMAHIRIYAN PRESS, - ALAC / publications africaines en Français, - ELAC on FaceBook, - Français, - PCN Service de Presse/PCN-NCP Press Office, - Revues de Presse | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ QUEL ROLE GEOPOLITIQUE AU SEIN DE L’OTAN POUR LA GRANDE-TURQUIE EXPANSIONNISTE D’ERDOGAN ?

LM.GEOPOL - Expansion turque (2020 07 28) FR (1)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Luc MICHEL pour EODE/
Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
2020 07 28/
La Turquie en cet été 2020 est une puissance globale en expansion, de la Mer de Crète à la Mer rouge et de Tripoli à Bakou, en passant par l’Afrique noire (au Niger notamment). Ce rôle géopolitique est possible parce qu’il est soutenu par Washington et qu’il sert l’agenda américain du moment. Il y a des cycles géopolitiques.
UN NOUVEAU CYCLE GEOPOLITIQUE :
VERS UN AXE WASHINGTON-ANKARA
En 2007-2008, un cycle géopolitique s’est ouvert en Afrique : la Recolonisation de l’Afrique par les USA, sous prétexte du soi-disant « Printemps africain », qui est devenu la menace principale en Afrique. Paris et la Françafrique étant devenu dans cet agenda géopolitique les auxilliaires militaires de l’AFRICOM (la nouvelle « infanterie sénégalaise du Pentagone » dit Luc MICHEL), « le nouveau shérif de l’Afrique » comme l’a dit le Général US Mattis, chef du Pentagone sous Trump, en avril 2017 sur la base française de Djibouti. Ce cycle s’accompagnait d’un Axe géostraté

gique Washington-Paris au sein de l’OTAN, en Europe, en Méditerranée et au Proche-orient …
En ces mois de juin et juillet 2020, ce cycle s’est terminé et a fait place à un Axe géostratégique Washington-Ankara au sein de l’Otan et en Afrique. La Turquie est aujourd’hui présente en Syrie, en Irak, en Libye, en Mer de Crète, au Golfe de Syrte, en Azerbaïdjan, en Mer rouge, au Yemen, an Niger. Partout Erdogan sert l’agenda américain. En particulier en Méditerranée et en Libye, les conversation Trump-Erdogan des 8 juin et 14 juillet 2020, les déclarations du State Department du 15 juillet et les critiques anti-françaises de l’Atlantic Council de ces  derniers jours révèlent ce soutien américain à la Turquie, « qui marchent main dans la main » !
En particulier, Erdogan se révèle un allié privilégié des USA dans le ‘containment’ de la Russie : en Syrie, au Caucase, en Libye, en Méditerranée, en Mer noire. Et demain en Afrique noire. Loin du soi-disant « tournant pro-russe », et des espoirs des accords d’Astana et de Sotchi, Ankara est le bon élève pro-améreicain de la Classe OTAN !

Continue reading

Posted in Non classé | Commentaires fermés

# LUC-MICHEL-TV La chaîne du Géopoliticien Luc MICHEL :

LM.ORG2 - instagramm 790 lmtv

Plus de 5.400 Vidéos !
videos, interviews, émissions, expertises TV, podcasts
+ interventions sur AFRIQUE MEDIA, PRESS TV, PCN-TV,
PARS TODAY, EODE-TV, PANAFRICOM-TV, WEMA-INFO,
RADIO IRIB et RADIO ALGERIE
+ Les archives vidéos et podcasts de Luc MICHEL
sur RADIO MOSCOU, SPUTNIK, IRIB, SAHAR TV, PCN-TV
et EODE-TV …
Posted in Non classé | Commentaires fermés

# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ CRISE PROFONDE A L’OTAN (II) : L’AUTRE FRACTURE, LA DANGEREUSE ESCALADE MILITAIRE ENTRE GRÈCE ET TURQUIE EN MÉDITERRANÉE

LM.GEOPOL - OTAN crise profonde II (2020 07 25) FR 1

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Luc MICHEL pour EODE/
Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
2020 07 25/
« La querelle des frontières n’est pas nouvelle. Il faut remonter au traité de Lausanne pour comprendre. Signé en 1923, à l’issue de la guerre gréco-turque, il délimite la majeure partie des frontières entre la Grèce et la Turquie. Une autre part de la frontière maritime correspond aux îles du Dodécanèse, cédée à la Grèce par l’Italie en 1947, par le Traité de Paris. Mais de part et d’autre, ces démarcations sont utilisées à des fins nationalistes (…)  Côté turc, la contestation des frontières est régulière
- Marianne (Paris, ce 23 juillet).
« Il s’agit d’un exemple de l’hypocrisie d’un groupe de pays cherchant le chaos et l’instabilité dans la région par les politiques qu’ils mènent
- Hami Aksoy, porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères
(réagissant à la déclaration commune de certains pays
dont la France et la Grèce sur la Libye).
La première fracture oppose Paris en Ankara et se double du lâchage de la France par Washington (1). La seconde fracture, plus ancienne car elle remonte à l’invasion de la partie de Nord de Chypre par l’Armée turque (bien avant Erdogan et le Régime AKP, en 1974 ) (2), oppose Athènes et Ankara sur fond de Guerre du Gaz en Méditerranée. Non décidément, l’OTAN ne garantit pas la Paix et surtout pas entre ses membres !
I-
TENSIONS MARITIMES :
LA GRECE DEPLOIE DES NAVIRES EN MER EGEE FACE A DES ACTIVITES TURQUES D’EXPLORATION GAZIERE
Athènes a protesté officiellement contre des mouvements turcs proches de l’île grecque de Kastellorizo ce 22 juillet. La marine grecque a déployé des navires et a annoncé des « préparatifs renforcés » à la suite des récentes activités turques d’exploration gazière, a indiqué ce mercredi une source de ce corps militaire. « Des unités de la marine ont été déployées depuis hier (mardi) dans le sud et le sud-est de la mer Egée », a déclaré cette source à l’AFP. Ces unités « sont prêtes à répondre à toute activité », a ajouté l’officier. La marine a également appelé les marins à « ignorer une restriction de navigation maritime » décrétée par la Turquie.
Le Premier ministre grec, Kyriakos Mistotakis, a organisé des rencontres séparées avec les dirigeants de partis politiques grecs,  ces jeudi et vendredi, « sur des sujets nationaux », selon son bureau de presse.
Alors que les tensions grandissent entre la France et la Turquie, « 18 bâtiments de guerre turcs et un navire de recherche d’hydrocarbures sous-marins ont été envoyés par Ankara au large de l’île grecque de Kastellorizo », rapporte ‘Courrier international’.
« Des unités de la Marine ont été déployées depuis mardi 20 juillet dans le sud et le sud-est de la mer Egée », la zone où la marine turque a effectué ses mouvements, a déclaré cette source à l’AFP.
LA GUERRE DU GAZ EN MEDITERRANEE
Tout cela est lié à la « Guerre du Gaz » en Méditerraée (4) …
Les récentes découvertes de champs gaziers créent des tensions entre Chypre et la Turquie notamment. En parallèle, de nouvelles alliances se créent qui pourraient aboutir à des coopérations pacifiques.
Entre Chypre et la ­Turquie, la guerre du gaz offshore est ouverte. Précédent épisode de crispation en date : l’intrusion en juillet 2019 d’un nouveau navire de forage turc en pleine zone économique exclusive chypriote. La région en question renferme le troisième gisement le plus important en hydrocarbures du bassin ­levantin après l’Égypte et Israël. Et la Turquie, qui occupe la moitié nord de l’île depuis 1974, y revendique son droit d’exploitation. Alors que la République de Chypre, membre de l’Union européenne et reconnue par la communauté internationale, a octroyé des licences à plusieurs géants mondiaux du secteur, Ankara a de son côté signé deux contrats avec Turkish Petroleum, dont les bateaux ont à plusieurs reprises violé l’espace maritime chypriote pour conduire leurs missions d’exploration.
Voici en décembre 2019 que Ankara signe avec le gouvernement libyen de Tripoli (rival de Haftar) un accord de rectification des frontières maritimes, qui fait passer (illégalement en violation des Lois internationales) le plateau continental turc de 90.000 à plus de 300.000 km2…
Dans le cadre de ses activités d’exploration d’hydrocarbures en cours, la Turquie a annoncé « publiquement » le déploiement de son vaisseau Oruç Reis en Méditerranée orientale à compter de ce mardi, selon un communiqué du ministère turc des Affaires étrangères daté de mercredi.
Athènes a protesté officiellement contre ces mouvements proches de l’île grecque de Kastellorizo. « L’annonce des explorations turques dans une section du plateau continental grec (…) constitue une escalade de la tension dans notre région », a déclaré mardi le ministère grec des Affaires étrangères. « Nous appelons la Turquie à cesser immédiatement ses activités illégales qui violent nos droits souverains et sapent la paix et la sécurité dans la région », a ajouté le ministère grec. L’UE a réagi, dénonçant « un mauvais message » envoyé par les Turcs.
Ankara affirme que la zone maritime où les explorations seront conduites se trouve « entièrement sur le plateau continental turc tel que déclaré aux Nations unies », selon Hami Aksoy, porte-parole du ministre des Affaires étrangères. Celui-ci conteste que la seule île grecque de Kastellorizo, « large de 10 km2, à 2 km seulement d’Anatolie (en Turquie) et à 580 km du continent grec, puisse générer un plateau continental de 40.000 km2 », selon un communiqué. A Bruxelles, Nabila Massrali, porte-parole de l’UE, a estimé que la Turquie envoyait là « un mauvais message » eu égard aux relations turco-européennes. La Turquie, candidate pour entrer dans l’UE, « doit s’engager sans équivoque pour des relations de bon voisinage, (l’application) des accords internationaux et la résolution pacifique des disputes en accord avec la charte de l’ONU », a-t-elle déclaré aux journalistes.
LA PRESENCE TURQUE EN LIBYE CONNEXE
En réalité, les tensions augmentent depuis la signature de l’accord entre la Turquie et la Libye, en novembre (3). « Il permet à la Turquie d’effectuer des recherches d’hydrocarbures en Méditerranée orientale. La Grèce, comme de nombreux pays riverains, ont dénoncé ce texte, qui étend considérablement le plateau continental de la Turquie. Cet accord revient à nier les zones économiques exclusives liées à Chypre ou aux îles grecques (notamment la Crète et le Dodécanèse) », commente ‘Marianne’.
La Turquie soutient en Libye militairement le Gouvernement d’union (GNA) de Fayez al-Sarraj, reconnu par l’ONU, face au pouvoir rival du maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’Est notamment appuyé par la Russie, l’Egypte et les Emirats arabes unis. La France est également accusée d’avoir misé sur le maréchal Haftar, et Paris a dénoncé l’interventionnisme « inacceptable » d’Ankara dans ce pays en proie au chaos depuis 2011. La Turquie a notamment fourni au GNA des conseillers militaires et des drones, permettant à ses troupes de multiplier les succès militaires ces dernières semaines.
Deux accords ont été signés par le GNA avec la Turquie, en novembre 2019. Et les deux sont liés. Le premier vise à renforcer les liens militaires entre le GNA et Ankara. C’est en vertu de ce dernier que le Parlement turc a autorisé le président Erdogan à envoyer des troupes en Libye. Le second est un mémorandum concernant les frontières maritimes entre les deux pays. Et il permet à la Turquie d’étendre la superficie de son plateau continental de plus de 30%, en faisant fi des revendications des autres pays concernés, dont l’Égypte, la République de Chypre et la Grèce. Et cet accord a potentiellement « des conséquences sur l’exploitation des réserves de gaz naturel découvertes dans la zone économique exclusive de la République de Chypre. Réserves sur lesquelles lorgne Ankara, affirmant vouloir défendre les intérêts de la République turque de Chypre Nord ». En outre, « les menées turques en Méditerranée orientale sont susceptibles d’entraver le projet de gazoduc EastMed, lequel doit permettre d’acheminer près de 11 milliards de mètres cube gaz naturel vers l’Europe ».
Évidemment, si le GNA finit par tomber sous les coups de l’Armée nationale libyen
Et la présence turque en Libye et en Syrie explique aussi les tensions avec Paris. « Hydrocarbures et opérations militaires : la Méditerranée orientale et le Canal de Suez » forment  un « axe stratégique pour la France », analyse encore ‘Marianne’ : « Avec le deuxième espace maritime au monde, la France possède un atout exceptionnel. Revers de la médaille : elle doit être à l’affût des trafics en tout genre et des conséquences des conflits internationaux » (5).
II-
UN AXE GRECE-EGYPTE-ISRAEL CONTRE LA TURQUIE
Comme en Libye, des coalitions se constituent, en deçà ou au-delà de toute logique géopolitique. L’intervention turque en Libye et en Méditerranée fait sauter les lignes géopolitiques. Une stratégie du Chaos qui sert l’agenda aéricain.
La Turquie « menace » la « stabilité » en Méditerranée, avec notamment son engagement en Libye, a insisté mardi le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis lors de sa première visite à l’étranger, en Israël, le 16 juin dernier. Mitsotakis, dont le père a lui aussi été Premier ministre et a présidé il y a 30 ans au renforcement des relations entre la Grèce et Israël, est arrivé en Israël avec des ténors de son gouvernement pour une visite de deux jours à Jérusalem, où les deux pays ont signé des accords sur le tourisme, l’agriculture et la technologie. Israël, la Grèce et Chypre veulent s’imposer comme des maillons clé de la chaîne d’approvisionnement énergétique de l’Europe avec notamment leur projet de gazoduc Eastmed, tout en affichant leur détermination face à la Turquie, qui convoite les gisements énergétiques de la région. « Nous cherchons à exploiter le gaz en Méditerranée orientale », a déclaré M. Mitsotakis lors d’une conférence de presse, dénonçant du même souffle « le comportement agressif » de la Turquie dans cette région. « Nous considérons cette activité comme une menace à la paix et à la stabilité régionale », citant notamment le cas de la Libye.
« Nous avons longuement parlé de l’effet déstabilisant de la Turquie, dans sa relation avec la Libye », a ajouté le Premier ministre grec.
LA TURQUIE A DENONCE LA REUNION SUR LA LIBYE EN EGYPTE QUI S’EST TENUE EN JANVIER 2020
Le ministère turc des Affaires étrangères a souligné que la déclaration de la réunion sur la Libye de ce début janvier des ministres des Affaires étrangères d’Egypte, d’Italie, de France, de Grèce et du secteur chypriote grec en Egypte repose sur des thèses irréelles. Le ministère turc des Affaires étrangères a souligné que la déclaration faite au terme de la réunion sur la Libye tenue avec la participation des ministres des Affaires étrangères d’Egypte, d’Italie, de France, de Grèce et du secteur chypriote grec en Egypte repose sur « des thèses irréelles ».
« Le communiqué de presse concernant les développements en Méditerranée orientale, publié à l’issue de la réunion qui s’est tenu au Caire le 8 janvier 2020 avec la participation des ministres des Affaires étrangères de Grèce, de France, de l’administration chypriote grecque (ACG) et d’Egypte, ainsi que d’Italie, est entièrement basé sur des arguments factices et des prémisses fausses (…) Les deux protocoles d’entente que nous avons signés avec le gouvernement légitime et internationalement reconnu de Libye sont légitimes et pleinement compatibles avec le droit international. Ces protocoles d’entente constituent une réponse à ceux visant à ignorer la présence de la Turquie et des Chypriotes turcs en Méditerranée orientale. Le communiqué de presse du 8 janvier révèle en effet une fois de plus que les mesures prises par la Turquie en Méditerranée orientale sont légitimes et appropriées (…) La Turquie possédant le plus long littoral de la Méditerranée a le droit de s’exprimer sur tout projet concernant la région. Afin de transformer la Méditerranée orientale en une zone de coopération plutôt que de conflit, nous voudrions saisir cette occasion pour exprimer une fois de plus notre volonté de coopérer avec toutes les parties, à l’exception de l’administration chypriote grecque »,  précise le communiqué du ministère turc des Affaires étrangères.
ANKARA CONTRE LE FRONT ANTI-TURC EN MEDITERRANEE
Ankara a de nouveau en mai dernier fustigé la déclaration commune de l’Égypte, des Émirats Arabes Unis, de la France, de la Grèce et de la partie grecque de Chypre concernant l’accord signé entre la Libye et la Turquie. C’est ce qui ressort d’un communiqué diffusé, le 11 mai dernier, sur le site du ministère turc des Affaires étrangères. Ainsi, le porte-parole du ministère, Hami Aksoy, a qualifié la déclaration conjointe « d’un exemple de l’hypocrisie d’un groupe de pays cherchant le chaos et l’instabilité dans la région par les politiques qu’ils mènent ». Aksoy a affirmé que « ces pays ne voient aucun mal à sacrifier les aspirations démocratiques des peuples à l’agression impitoyable des dictateurs putschistes ». Selon lui, « ils sont tombés dans un délire car leurs agendas sont perturbés par la Turquie (…) La quête de renforts de la Grèce et de l’Autorité Chypriote Grecque, à propos de la Méditerranée orientale, auprès d’acteurs non régionaux sans importance relève de l’héritage d’une mentalité de mandat et de colonialisme », a-t-il déclaré. « La déformation des mesures prises par la Turquie afin de protéger ses intérêts légitimes fondés sur le droit international, sous des prétextes injustes et illégaux, est inacceptable en toutes circonstances », a-t-il ajouté.
Notant qu’il en va de même pour l’Egypte (qui s’est rapprochée de Chypre et de la Grèce), Aksoy a poursuivi: « Les dirigeants de ce pays semblent avoir préféré renoncer depuis longtemps aux intérêts et aux droits de leurs propre peuple ».
« Quant aux Emirats Arabes Unis, n’ayant aucun lien avec la Méditerranée orientale, ce n’est rien d’autre que l’animosité envers la Turquie qui les unit aux autres pays. Les antécédents de ce pays, tant contre la Turquie que contre la Libye, sont bien connus », a-t-il encore noté. Concernant la France, Aksoy a déclaré: « Il est évident que la France, dont les intentions d’instaurer un état de terreur en Syrie ont été fortement perturbées par notre opération Source de Paix, tente d’être le mécène de cet axe de malveillance ».
Aksoy a appelé l’ensemble de ces pays à agir avec bon sens, « dans le respect du droit et des pratiques internationales » (sic). « La paix et la stabilité dans notre région ne peuvent être obtenues que par un dialogue et une coopération sincères et réalistes, plutôt que de tenter de créer un axe de malveillance », a-t-il conclu.
NOTES ET RENVOIS :
(1) Cfr. la Partie I de mon analyse :
LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/
CRISE PROFONDE A L’OTAN : COMMENT LES EGOS DE TRUMP, ERDOGAN ET MACRON FRACTURENT PROFONDEMENT L’ALLIANCE ATLANTIQUE !?
Et PCN-TV/ LUC MICHEL:
LA FRANCE TRAHIE PAR L’OTAN ?
(REPORTAGE DU 23 07 2020 SUR PRESS TV)
(2) Depuis 1974, le tiers nord de l’île de Chypre, située au-delà de la ligne verte contrôlée par les troupes de l’ONU, est sous contrôle turc et en 1983, ce territoire sécessioniste s’est proclamé ‘République turque de Chypre du Nord’ (RTCN). Cette dernière continue aujourd’hui encore à ne pas être reconnue par l’ONU. Chypre est réputée exercer de jure sa souveraineté sur l’ensemble de l’île (moins la zone des deux Bases militaires britanniques), c’est-à-dire sur un territoire d’environ 9 000 km2 ; cependant elle ne contrôle en pratique que la partie méridionale, soit environ 61 % du territoire (5 896 km2) auquel il faut aussi soustraire la superficie contrôlée par les casques bleus de l’ONU — la ligne verte dite « ligne Attila » — de l’ordre de 3,7 % du territoire.
La république de Chypre actuelle obtient son indépendance du Royaume-Uni le 16 août 1960, celle-ci est régie par le traité de garantie qui réunit la Turquie, la Grèce et le Royaume-Uni. Ce dernier conserve deux bases souveraines dans le sud et l’est de l’île où sont stationnés près de 4 200 soldats britanniques. Malgré cette paix fugace, les problèmes ne tardent pas à se manifester. Pour les milieux nationalistes grecs, la réunion de l’île à la Grèce (« Énosis ») est la dernière étape de la « libération » des pays de culture grecque, mais la minorité turque (18 % de la population) ne l’entend pas ainsi et les affrontements se multiplient pendant la décennie de 1960, surtout en 1964 et 1967, et plusieurs dizaines de personnes trouvent la mort, tant côté turc que grec. Le gouvernement du président Makários III, où les deux communautés sont représentées, peine à maintenir un équilibre. Lorsque la dictature des colonels (sotenue par les USA et l’OTAN) se met en place en Grèce, de nombreux opposants grecs se réfugient à Chypre. Le 15 juillet 1974, la garde nationale dirigée par des officiers grecs acquis aux colonels lance une tentative de coup d’État contre le président Makarios avec l’aide du groupe armé de l’EOKA B (branche armée et dissidente du mouvement « EOKA » qui souhaitait réaliser l’Enosis par des voies politiques). Le 20 juillet, la Turquie intervient militairement arguant la protection des intérêts de la minorité turque, en lançant « l’opération Attila », et occupe le nord de l’île en deux jours (s’assurant le contrôle de 38 % du territoire). En Grèce, le refus de l’armée de s’impliquer plus avant dans ce conflit provoque la chute de la dictature des colonels. Malgré la restauration de la république chypriote, la Turquie refuse de se retirer et impose la partition du pays de part et d’autre de la « ligne verte » (appelée « ligne Attila » par les Turcs). 200.000 Chypriotes grecs sont contraints à l’exode entre 1974 et 1975, chassés du territoire occupé par la Turquie ; les Chypriotes turcs sont forcés de s’installer au nord en 1975, lors de pourparlers à Vienne (Autriche). Le 13 février 1975, se met en place l’« État fédéré turc de Chypre » qui n’est reconnu que par la Turquie. En 1983, il devient la « République turque de Chypre du nord »10. L’ONU désapprouve cette occupation dans sa résolution 541 du 18 novembre 1983. L’UNFICYP prend le contrôle de la ligne verte et fait respecter le cessez-le-feu. De nombreux Chypriotes grecs et turcs, chassés de leurs terres, s’exilent en Grande-Bretagne. La « République turque de Chypre du nord » s’appauvrit en raison de l’embargo international, tandis que la Turquie mène une politique de colonisation de Turcs d’Anatolie vers la partie nord de Chypre (politique condamnée par des résolutions de l’ONU), ce qui fait passer le pourcentage de turcophones dans l’île de 18 % en 1970 à 22 % en 199711. On compte aujourd’hui à Chypre 93.000 colons venus de Turquie.
(3) Cfr. LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/
COMMENT LA GUERRE EN LIBYE S’INTERNATIONALISE ET S’ACCELERE !? : LES AGENDAS CONNEXES AMERICAIN ET TURC
(4) Ecouter sur LUC-MICHEL-TV/
PODCAST AVEC PARS TODAY (IRAN)/
LUC MICHEL: LA GUERRE DU GAZ EST DÉSORMAIS OUVERTE EN MEDITERRANEE
(5) Cfr. LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/
LA POLITIQUE ULTRAMARINE DE LA FRANCE DE MACRON. COMMENT CONSERVER LES ‘CONFETTIS DE L’EMPIRE’ ?
(Sources : Marianne – PCN-TV – TRT – AFP – EODE Think Tank)
LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE
* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –
Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/
________________
* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :
WEBSITE http://www.lucmichel.net/
PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
LUC-MICHEL-TV https://vimeo.com/lucmicheltv
* EODE :
EODE-TV https://vimeo.com/eodetv
WEBSITE http://www.eode.org/
LINKEDIN https://www.linkedin.com/in/luc-michel-eode-600661163/

LM.GEOPOL - OTAN crise profonde II (2020 07 25) FR 2 LM.GEOPOL - OTAN crise profonde II (2020 07 25) FR 3 LM.GEOPOL - OTAN crise profonde II (2020 07 25) FR 4

Posted in Non classé | Commentaires fermés

# LUC-MICHEL-TV La chaîne du Géopoliticien Luc MICHEL :

LM.ORG2 - instagramm 787 lmtv

Plus de 5.400 Vidéos !
videos, interviews, émissions, expertises TV, podcasts
+ interventions sur AFRIQUE MEDIA, PRESS TV, PCN-TV,
PARS TODAY, EODE-TV, PANAFRICOM-TV, WEMA-INFO,
RADIO IRIB et RADIO ALGERIE
+ Les archives vidéos et podcasts de Luc MICHEL
sur RADIO MOSCOU, SPUTNIK, IRIB, SAHAR TV, PCN-TV
et EODE-TV …
Posted in Non classé | Commentaires fermés

# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ FLASH VIDEO/ CRISE PROFONDE A L’OTAN : COMMENT LES EGOS DE TRUMP, ERDOGAN ET MACRON FRACTURENT PROFONDEMENT L’ALLIANCE ATLANTIQUE !?

LM.GEOPOL - OTAN crise profonde (2020 07 24) FR 1

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Flash Vidéo Géopolitique/ Geopolitical Flash Video/
2020 07 24/
« L’activisme compulsif d’Ankara en Méditerranée orientale irrite ses partenaires de l’Alliance atlantique. Jusqu’à quand prévaudra l’impunité ? (…) La frégate française Courbet a été accrochée au radar le 10 juin dernier par un bâtiment militaire turc au large de la Libye, soit l’étape préalable au tir. France et Turquie sont pourtant toutes deux membres de l’Otan »
- Le Vif L’Express (Bruxelles, ce 23 juillet).
« L’Otan est de fait confrontée à une crise provoquée par de très fortes dissensions entre ses membres. Fin 2019, Emmanuel Macron l’avait jugée en état de « mort cérébrale » après l’offensive lancée par le président turc Recep Tayyip Erdogan dans le nord-est de la Syrie, sans aucune concertation avec les alliés mais avec l’assentiment du président américain Donald Trump »
- AFP (Paris, ce 22 juillet).
J’ai analysé hier pour la Télévision d’Etat iranienne francophone la crise profonde qui fracture l’OTAN, crise double :
- crise entre Paris et Ankara sur la Libye et en Méditerranée,
- crise de confiance entre Trump et Macron, le président UA ayant trahi son allié français au Sahel, en Libye (deux guerres perdues par Paris), mais aussi en Méditerranée et dans le Golfe persique.
Voici Macron, le président le plus pro-américain de l’Histoire (et le choix d’un scénario politique des réseaux américains en France) placé devant les mêmes réflexions que le général de Gaulle, dont l’anti-américanisme était viscéral, en son temps …
Le Flash Vidéo du jour …
Le géopoliticien Luc MICHEL dans le REPORTAGE du 24 juillet 2018
sur PRESS TV (Iran)
Sources :
* La Video sur LUC-michel-TV :
LUC MICHEL: LA FRANCE TRAHIE PAR L’OTAN ?
* L’article sur :
À quoi sert l’Alliance atlantique pour la France ?
* L’introduction de PRESS TV :
« La France ne pourra plus faire longtemps l’économie d’une véritable réflexion sur les conditions de sa participation à l’OTAN.
Comment analysez-vous la relation actuelle de la France avec l’OTAN ?
À quoi sert l’Alliance atlantique pour la France ?
Luc Michel, géopoliticien et spécialiste belge des questions internationales, s’exprime sur le sujet. »
Luc Michel : « Il y a une crise grave qui est ouverte entre Paris, la Turquie et l’OTAN, mais surtout une crise grave de confiance entre Paris et Washington.
La France a essayé de mettre en place un mécanisme de contrôle de l’OTAN et à sa grande surprise, elle s’est aperçue que seuls huit pays sur trente la soutenaient.
Macron a été trahi par Trump. En 2017, le général James Mattis qui était le chef du Pentagone est allé sur la base de Djibouti et devant tous les officiers français, il a dit que la France est le nouveau « shérif » de l’Afrique, elle paie bien sa participation, nous sommes satisfaits. Trois ans plus tard c’est le désamour entre Paris et Washington… »
# L’ACTUALITE ANALYSEE PAR LUC MICHEL/
INCIDENT MILITAIRE FRANCE-TURQUIE : MACRON ACCUSE ERDOGAN DE MENER UN « JEU DANGEREUX » EN LIBYE
Fin 2019, Emmanuel Macron avait jugée l’OTAN en état de « mort cérébrale » après l’offensive lancée par Recep Tayyip Erdogan dans le nord-est de la Syrie. Le président français Emmanuel Macron est monté d’un cran lundi dans l’escalade des tensions avec la Turquie, dénonçant le « jeu dangereux » d’Ankara en Libye dans lequel il voit une nouvelle démonstration de la « mort cérébrale » de l’Otan. Le ton ne cesse de monter entre Paris et Ankara. La France affirme que la Turquie fournit massivement des armes au GNA en violation d’un embargo des Nations unies. La Turquie accuse de son côté Paris de soutenir le maréchal Haftar, et d’être le « sous-traitant de certains pays de la région » dans la crise libyenne, une allusion aux Emirats et à l’Egypte. Au passage, Emmanuel Macron a réitéré sa crainte d’une « mort cérébrale » de l’Otan – comme fin 2019 – en raison des tensions récurrente avec la Turquie, également membre de l’Alliance, et du manque de coordination entre ses membres.
LE VENT MAUVAIS SUR L’OTAN VIENT DE LIBYE
La Turquie est devenue le principal soutien international du gouvernement d’union nationale (GNA) de Tripoli, qui a repris début juin le contrôle de l’ensemble du nord-ouest de la Libye en faisant reculer les forces du maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est du pays. Macron a pointé toutefois « l’inquiétude légitime du président (égyptien) Sissi lorsqu’il voit des troupes arriver à sa frontière ». Les forces du GNA visent désormais la ville côtière de Syrte (450 km à l’est de Tripoli), verrou stratégique vers l’Est contrôlé par le maréchal Haftar.
La France avait déjà reproché à la Turquie à l’automne dernier d’avoir lancé une offensive contre des milices kurdes syriennes engagées au côté des Américains et des Européens dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI). Paris accuse cette fois la marine turque d’avoir eu un comportement « extrêmement agressif » à l’encontre d’une de ses frégates en Méditerranée début juin.
Les récents incidents navals qui ont opposé la France et la Turquie en Méditerranée, objets d’une enquête à l’OTAN, constituent « l’une des plus belles démonstrations qui soient » de « la mort cérébrale » de l’alliance, a estimé lundi le président Emmanuel Macron. « Je vous renvoie à mes déclarations de la fin de l’année dernière sur la mort cérébrale de l’Otan », a déclaré le chef de l’État à l’issue d’un entretien avec son homologue tunisien Kais Saied à la présidence française. « Je considère que c’est une des plus belles démonstrations qui soient », a-t-il ajouté, jugeant « intolérable »  qu’une telle confrontation entre deux membres de l’Otan ait donné lieu à « si peu de dénonciation ». « Je considère aujourd’hui que la Turquie joue en Libye un jeu dangereux et contrevient à tous ses engagements (de non ingérence, ndlr) pris lors de la conférence de Berlin » en janvier, a-t-il lancé à l’issue d’un entretien avec son homologue tunisien Kais Saied à la présidence française. « Il en va de l’intérêt de la Libye, de ses voisins, de toute la région mais également de l’Europe », a-t-il insisté, précisant avoir tenu « le même discours » au président américain Donald Trump lors d’un entretien téléphonique lundi après-midi. Il a appelé à ce « que cessent les ingérences étrangères et les actes unilatéraux de ceux qui prétendent gagner de nouvelles positions à la faveur de la guerre » en Libye. « Les choses ne peuvent se poursuivre ainsi. La Tunisie est l’un des pays qui en souffrent le plus », a renchéri pour sa part le président tunisien, en référence aux risques de déstabilisation aux portes de son pays. Kais Saied, dont c’était le deuxième voyage à l’étranger, après l’Algérie, depuis son élection en décembre, a mis en garde contre une « partition de la Libye », qui serait « un danger pour toute la région ».
TENSION  A L’OTAN OU TRUMP ENCOURAGE ERDOGAN
Les Européens ont obtenu jeudi dernier l’ouverture d’une enquête par l’Otan sur l’ »agressivité » de la Turquie. Ankara est accusé de s’opposer aux contrôles par des bateaux de l’alliance atlantique de navires soupçonnés de violer l’embargo des Nations unies sur les armes en Libye. Deux incidents au cours de tentatives de contrôle d’un cargo suspect en Méditerranée le 10 juin sont à l’origine de la plainte. L’incident le plus sérieux s’est produit avec un navire français engagé dans une mission de l’Otan. Les bâtiments turcs auraient, selon Paris, menacé d’ouvrir le feu. « Tant que nous continuerons, membres de l’Otan, Européens, parties prenantes de ce sujet, à être faibles dans nos propos ou à manquer de clarté, nous laisserons le jeu des puissances non coopératives se faire », a estimé Emmanuel Macron. « Je ne veux pas dans six mois, un an, deux ans, avoir à constater que la Libye est dans la situation de la Syrie d’aujourd’hui ».
Florence Parly, la ministre française des Armées, avait porté les incidents devant le conseil des ministres de la Défense de l’Otan la semaine dernière. Huit pays européens seulement avaient soutenu sa requête. Le secrétaire général de l’Otan, le Norvégien Jens Stoltenberg, avait évoqué un simple « désaccord entre alliés » avant d’annoncer l’ouverture d’une enquête pour « faire toute la lumière sur ce qui s’est passé ».
COMMENT TRUMP A TRAHI MACRON ET LES USA SOUTIENNENT ERDOGAN DANS LA CRISE EN LIBYE ET EN MEDITERRANEE ?
Ce matin, dans sa revue ‘New Atlanticist’, l’Athantic Council, qui pilote la politique des USA en Afrique depuis Bush II (think tank US bi-partisan tout puissant qui dirige la politique étrangère américaine en Afrique sous Bush II, Obama et Trump. Dirigeants : le général US Jones, mentor de Katumbi en RDC et ex Conseiller d’Obama, Peter Pham, envoyé spécial de Trump dans les Grands-Lacs, Tibor Nagy, vice State secretary US, Donald Booth, envoyé de Trump et avant d’Obama au Soudan), a condamné Paris sans équivoque( et attaqué la France en Libye … depuis 1940), dans un édito intitulé « France must recognize its role in Libya’s plight » :
Extrait : « Avec la même ambiguïté, la France a tacitement approuvé toutes les campagnes militaires de l’armée nationale libyenne de Haftar, y compris l’attaque de l’ANL contre Tripoli et les bombardements de sa population civile et de ses infrastructures, qui comprenaient le ciblage des hôpitaux et des établissements de santé. Lorsque les forces fidèles au GNA ont trouvé des missiles et autres armes appartenant à la France après le retrait précipité de l’ANL de la ville précédemment occupée de Gharian, à une soixantaine de kilomètres au sud de Tripoli, les responsables français ont été contraints de trouver des excuses peu convaincantes pour expliquer la situation embarrassante. Non seulement la France n’a pas cessé son soutien militaire à Haftar, mais elle a en fait accru son engagement diplomatique avec lui. Le président français Emmanuel Macron a invité le général libyen à des sommets, des conférences internationales et des réunions privées, où Macron a tenu à accueillir Haftar avec tous les honneurs. Macron s’est ainsi assuré que Haftar serait légitimé de facto, malgré son piètre bilan en matière de droits humains, et reconnu comme un élément essentiel de toute solution à la crise libyenne.
Plus récemment, les responsables français ont concentré leurs énergies sur le bouc émissaire de la Turquie pour la situation en Libye. En particulier, leur affirmation selon laquelle l’intervention turque dans le conflit libyen rend plus difficile la réalisation d’une solution négociée doit être remise en question. Sans l’intervention de la Turquie, les mercenaires russes et soudanais qui constituent une partie importante de l’ANL auraient submergé la résistance des forces de Tripoli et envahi la ville, faisant d’innombrables pertes. Il n’y avait aucun espoir de négociations à ce stade. Personne en Libye n’oubliera que la France restait les bras croisés pendant que Haftar s’approchait. Tels sont les faits, et le récit fictif conçu et adopté par les responsables français ne peut pas les changer. Il apparaît évident que cette fois la France a perdu une bataille fondamentale d’influence, du moins en Afrique du Nord, et insiste donc pour battre un cheval mort. Le gouvernement français doit saisir la situation et aider l’Union européenne à devenir un véritable acteur neutre et constructif qui pourrait jouer un rôle décisif dans la médiation de la longue et épuisante crise libyenne. De cette manière, Paris peut réellement apporter une solution au sort du peuple libyen. »
(cet article faisant suite aux entretiens entre Trump et Erdogan du 14 juillet)
(Sources : Press TV – EODE-TV – Afrique Media – AFP – Atlantic Couuncil – State Department US – EODE Think Tank)
# VOIR AUSSI POUR COMPRENDRE :
Voir sur LUC-MICHEL-TV :
PRESS TV/ REPORTAGE DU 02 07 2020/
LUC MICHEL:
LA FRANCE EN PERTE DE VITESSE EN LIBYE FACE A LA TURQUIE
Voir sur EODE-TV :
26e SOMMET OTAN A BRUXELLES.
COMMENT ANALYSER LA POLITIQUE DE TRUMP?
(L. MICHEL SUR GEOPOLITIQUE INTERNATIONALE)
LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE
(Flash Vidéo Géopolitique/
Complément aux analyses quotidiennes de Luc Michel)
* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –
Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/
________________
* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :
WEBSITE http://www.lucmichel.net/
PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
* EODE :
EODE-TV https://vimeo.com/eodetv
WEBSITE http://www.eode.org/

LM.GEOPOL - OTAN crise profonde (2020 07 24) FR 2

Posted in Non classé | Commentaires fermés

# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ FLASH VIDEO/ LES DESSOUS DU CONFLIT ENTRE BAKOU ET EREVAN (II): COMMENT LA TURQUIE A TRANSFORME LE CAUCASE EN POUDRIERE

LM.GEOPOL - Arménie VI militarisme turc (2020 07 22) FR

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Flash Vidéo Géopolitique/ Geopolitical Flash Video/
2020 07 22/
Le Flash Vidéo du jour …
Le géopoliticien Luc MICHEL dans LE DEBAT du 21 juillet 2020
sur PRESS TV (Iran)
Dans une nouvelle analyse pour la Télévision d’Etat iranienne francophone (un débat consensuel), j’ai poursuivi mon analyse (1) du conflit renaissant entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, toujours sous l’angle essentiel dans ce dossier de la confrontation historique géopolitique entre la russie et la Turquie …
La Turquie est essentiellement animée par un revanchisme sur la défaite ottomane de 1918 dans la Première guerre mondiale et le Traité de Sèvres (2) qui a consacré son démembrement. C’est cela qui anime dès les Années ’20 le « pantouranisme » (récupéré par Erdogan avec son alliance de 2017 avec les « loups gris » du MHP) (3) et le néo-ottomanisme du Régime AKP (4) …
* Sources :
La vidéo sur LUC-MICHEL-TV
* L’article sur
Les dessous du conflit Arménie / Azerbaïdjan (débat)
* L’introduction de PRESS TV :
« Le monde a été surpris de voir le président Poutine mobiliser en quelques heures quelque 150 000 effectifs de l’armée à l’effet de participer à une démonstration de force en Caspienne et en mer Noire. Et si ce méga exercice-surprise avait un quelconque rapport avec Erdogan et ce troisième front anti-russe qu’il vient d’ouvrir a Caucase via cette guéguerre Arménie/Azerbaïdjan ?
Il ne fallait pas que les Russes fassent la trêve avec l’OTAN à Idlib. Dans un article signé Mohammad Sadeq al-Hosseini, le journal Al-Binaa y revient. « Une fois de plus, le président turc Recep Tayyip Erdogan se comporte comme un kamikaze envoûté, courant à la mort sans consulter le rapport de forces, les faits de l’histoire et la nouvelle géographie politique qui régissent le monde post-Empire US. Pourquoi Erdogan, en guerre en Syrie, en Irak et en Libye, a-t-il décidé de “soutenir” la République d’Azerbaïdjan dans sa guerre contre son voisin l’Arménie, au Haut-Karabakh ? Une mise au point sur l’état de la situation : À vrai dire, le rapport des forces est nettement en faveur de Bakou, que ce soit en termes des forces terrestres ou aériennes. L’Arménie ne dispose pas de forces navales, car elle n’est riveraine d’aucune des mers de la région. Alors que le nombre d’effectifs de l’armée arménienne n’atteint que 26 000 et environ, son double, en ce qui concerne les réservistes, l’armée azerbaïdjanaise compte 216 000 soldats, auxquels s’ajoutent les 8 500 000 soldats de réserve. Idem pour l’armée de l’air : l’armée de l’air azerbaïdjanaise est cinq fois plus grande que celle de l’Arménie. Outre ce grand déséquilibre militaire, il y a de nombreux facteurs logistiques importants qui rendent l’Azerbaïdjan mieux équipé que l’Arménie. Bakou reçoit une aide militaire directe d’Israël, qui lui fournit des systèmes de défense aérienne Barak 8, des drones, du matériel de guerre électronique et un grand nombre de conseillers militaires et de sécurité, qui contrôlent les infrastructures militaires et les services de sécurité azéris.

Continue reading

Posted in Non classé | Commentaires fermés

# LUC-MICHEL-TV La chaîne du Géopoliticien Luc MICHEL :

LM.ORG2 - instagramm 786 lmtv

Plus de 5.400 Vidéos !
videos, interviews, émissions, expertises TV, podcasts
+ interventions sur AFRIQUE MEDIA, PRESS TV, PCN-TV,
PARS TODAY, EODE-TV, PANAFRICOM-TV, WEMA-INFO,
RADIO IRIB et RADIO ALGERIE
+ Les archives vidéos et podcasts de Luc MICHEL
sur RADIO MOSCOU, SPUTNIK, IRIB, SAHAR TV, PCN-TV
et EODE-TV …
Posted in Non classé | Commentaires fermés

# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ PODCAST/ CONFRONTATION NAVALE DECISIVE: COMMENT LA RUSSIE TENTE DE NEUTRALISER LA FLOTTE US EN MEDITERRANEE

LM.GEOPOL - Confrontation navale en mediterranee (2020 07 21) FR

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Podcast Géopolitique/ Geopolitical Podcast/
2020 07 21/
Le Flash Vidéo du jour …
Le géopoliticien Luc MICHEL dans PAROLES D’EXPERTS du 18 juillet 2020
sur RADIO IRIB (Iran)
J’ai analysé pour la Radio d’Etat iranienne internationale IRIB un dossier géopolitique fondamental : la confrontation entre la Russie et l’US Navy pour la domination de la Méditerranée …
* Sources :
Le Podcast  sur LUC-MICHEL-TV
* L’article sur
La Russie tente de neutraliser la Flotte US en Méditerranée? https://parstoday.com/fr/news/world-i88748-la_russie_tente_de_neutraliser_la_flotte_us
* Que dit Le géopoliticien Luc MICHEL :
Oubliez les faux débats « géopolitiques » des journalistes et des imposteurs des plateaux TV, toujours centrés sur des sujets secondaires, sur des théâtres d’opération qui le sont (où le sont devenus) ! C’est la Géopolitique vue par le petit bout de la lorgnette et dans le rétroviseur, celle des « experts de quartier » (comme on dit au Cameroun). Voyez grand, voyez large, panoramique, international …
Le Front maritime russe en Méditerranée est aujourd’hui central, pour la neutralisation par la Flotte russe des USA et de l’OTAN en Méditerranée occidentale (en Méditerranée orientale des détroits du Bosphore au Levant c’est déjà fait !). La Crimée, la Syrie ou encore la Libye sont devenus les théâtres d’opération secondaires de cette « Grande Politique  russe » aux dimensions mondiales. Le succès russe ouvrira la porte à l’horizon 2050, où Poutine a planifié que les Flottes russes seront présentes sur les six océans du Globe. Comme au temps de Brejnev « l’Africain » ou de l’Amiral soviétique Gortchov.
Nous vivons aujourd’hui l’acte I de cette nouvelle « guerre punique » entre la Thalassocratie américaine et Moscou, la « Quatrième Rome » (1) …
AUX FONDEMENTS DE LA GEOPOLITIQUE RUSSE DEPUIS CATHERINE LA GRANDE : LA DIAGONALE STRATEGIQUE SEBASTOSPOL-TARTOUS
Pour la Russie, la Crimée est un pivot de défense géostratégique, depuis Catherine La Grande. Epoque où l’Axe Stratégique Sébastopol-Levant a été défini comme essentiel pour la présence russe en Méditerranée orientale ! Il était impossible de la laisser aller aux mains des ennemis de la Russie mars 2014. Et certainement pas à l’OTAN, avec son vieux projet d’une base américaine à Sébastopol. C’est en effet la clé de l’accès à la Méditerranée orientale pour la Flotte russe. Et c’est un axe géopolitique pour la Russie lié à la Base de Tartous, à côté de Lattaquié en Syrie. Les deux sont essentiels à la puissance russe et à sa sécurité dans la Mer Noire et en Méditerranée …
# L’ACTUALITE ANALYSEE :
L’AMIRAL JAMES FOGGO DE L’US NAVY POINTE LE DANGER RUSSE EN MÉDITERRANÉE
Au nom du commandement militaire américain, l’amiral James Foggo (le commandant suprême de l’US Navy en Europe et en Afrique) s’est dit « prêt à affronter les Russes » dont l’influence s’accroît en Libye au point de mettre en danger les bases militaires US dans le sud de l’Europe. Selon J. Foggo, la Crimée, que la Russie a annexée à l’Ukraine en 2014, et la base de la ville côtière syrienne de Tartous sont devenues « les centres de la défense aérienne et de la marine de Russie ». « La Libye pourrait être la prochaine », a-t-il averti. Le mois dernier, le commandement américain de l’Europe et de l’Afrique a « condamné la Russie d’avoir envoyé des mercenaires et plus d’une douzaine de combattants dans un pays d’Afrique du Nord ». L’armée américaine a déclaré que « la présence de l’aviation, qui a depuis commencé à fonctionner activement », pourrait être « un prélude à l’expansion de la présence militaire russe ». « Réfléchissez maintenant à ce que fait la Russie en Crimée et à Tartous et quel genre de menace elle peut représenter en acquérant un bastion en Libye », a indiqué J. Foggo, cité par le journal américain ‘Star and Strips’. « La Russie est déjà une menace pour l’US Navy dans la région, et cela alors que peu de navires de guerre russes sont présents dans la région et que la puissance principale de la flotte russe est dans la partie orientale de la mer Méditerranée », a-t-il ajouté.
Il convient de noter que Washington soutient activement les forces du Gouvernement d’union nationale (GNA) en Libye et qu’il est évidemment prêt à intervenir dans la situation afin d’empêcher la création de nouvelles bases militaires russes en Libye.
Les États-Unis d’Amérique ont, pour la première fois, reconnu la « supériorité de la flotte russe dans les eaux de la Méditerranée », après avoir exprimé leur « inquiétude quant à l’apparition de sous-marins diesel-électriques russes dans la région », les qualifiant de « tueurs secrets de la flotte de l’OTAN ». « La présence croissante russe fait de la Méditerranée orientale l’une des zones les plus militarisées du monde », a déclaré l’amiral en chef de l’US Navy en Europe et en Afrique, avertissant que Moscou pourrait renforcer sa domination dans la région si on la laisse prendre pied en Libye. « La Méditerranée orientale est en train de devenir l’une des régions les plus stressantes du monde », a déclaré l’amiral J. Foggo, chef de la marine américaine en Europe et en Afrique, lors d’un séminaire virtuel organisé par l’Institut international d’études stratégiques. « Les Russes déploient des sous-marins diesel modernes et silencieux capables de lancer des missiles de croisière Calibre. Un sous-marin de la classe Kilo peut aller n’importe où dans les eaux européennes et toucher n’importe quelle capitale européenne ou nord-africaine depuis la mer », a-t-il déclaré depuis Naples, en Italie, où se trouve le siège de NAVEUR (à Naples), rapporte la publication militaire américaine.
Il s’agit de la première déclaration publique des États-Unis selon laquelle l’apparition de la flotte russe dans les eaux de la mer Méditerranée a commencé à menacer à la fois les États-Unis et les pays membres de l’OTAN. Les analystes n’excluent pas « qu’avec une telle déclaration, J. Foggo ait l’intention de forcer les pays méditerranéens à empêcher les militaires russes de déplacer leurs navires dans cette région » …
NOTES :
(1) Cfr sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY :
TERRE ET MER AU XXIe SIÈCLE (I) :
AU CŒUR DE LA CONFRONTATION GEOPOLITIQUE FONDAMENTALE
Et TERRE ET MER AU XXIe SIÈCLE (II) :
COMMENT LES FONDEMENTS DE LA GEOPOLITIQUE, SCIENCE DU XXIe SIECLE, VONT DETERMINER LES CENTS PROCHAINES ANNEES
(Sources : Irib – Reuters – Star and Strips – EODE-TV – Eode Think Tank)
# LES ANALYSES DE REFERENCE SUR
LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY:
* GEOSTRATEGIE RUSSE EN MEDITERRANEE ORIENTALE :
LA DIAGONALE CRIMEE-SYRIE
A L’HORIZON 2050 :
DES FLOTTES RUSSES SUR TOUS LES OCEANS DU GLOBE !?
LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE
(Podcast Géopolitique/
Complément aux analyses quotidiennes de Luc Michel)
* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –
Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/
________________
* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :
WEBSITE http://www.lucmichel.net/
PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
* EODE :
EODE-TV https://vimeo.com/eodetv
WEBSITE http://www.eode.org/

Posted in Non classé | Commentaires fermés

# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ FLASH VIDEO/ CHRONIQUES DU CHAOS LIBYEN (IV): COMMENT L’INTERNALISATION DE LA GUERRE CONDUIT A LA PARTITION DE LA LIBYE !?

LM.GEOPOL - Chroniques chaos libyen IV (2020 06 24) FR 2

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Flash Vidéo Géopolitique/ Geopolitical Flash Video/
2020 06 24/
Le Flash Vidéo du jour …
Le géopoliticien Luc MICHEL dans le REPORTAGE du 21 juin 2020
sur PRESS TV (Iran)
J’ai analysé pour la Télévision d’Etat iranienne francophone l’évolution de la guerre en Libye. Où comment l’internalisation – où la Turquie est un cheval de Troie des USA (comme en Syrie), qui rejoue le « scénario du diable » avec les djihadistes – conduit à la partition du pays. Le vieux « Plan B » des USA dès 2014 …
Sources :
* L’article sur :
* La Video sur LUC-MICHEL-TV :
* Le commentaire de PRESS TV (qui résume mes thèses) :
Selon l’agence de presse ISNA, un haut diplomate occidental, s’exprimant sous couvert d’anonymat a déclaré au site d’informations The New Arab, « qu’Ankara cherche en ce moment à conclure de vastes accords avec Moscou en ce qui concerne le dossier libyen » (une pure désinformation turque).
À qui profite la prolongation de la crise en Libye et quelles en seront les conséquences ? Notre géopoliticien, Luc Michel revient sur cette affaire.
PressTV Français : comment réagissez-vous à cette information, à qui profite la prolongation de la crise en Libye ?
Luc Michel : « il y a quelqu’un qu’on oublie toujours dans l’affaire libyenne, ce sont les États-Unis. Le but des Américains est simple : la somalisation et le chaos en Libye depuis 2014 où ils ont échoué à contrôler directement le pays. Ils mènent une politique qu’on appelle la géostratégie du chaos qui a été mise au point en Somalie dans les années 90. Le but des Américains est assez simple : c’est la fragmentation de la Libye.
La cible principale des Américains est l’Algérie lorsque Trump et Bolton en décembre 2018 lancent ce qu’on a appelé la nouvelle politique africaine de Bolton qui visait notamment l’Algérie et le Soudan plus un certain nombre de pays africains. Ils ont radicalisé le « Printemps arabe ». La cible est de nouveau l’Algérie. C’est ce qu’on a appelé le soi-disant « Printemps algérien ».
Les relations entre Ankara et Moscou sont très compliquées. Ils ont deux projets géopolitiques opposés. Les Turcs défendent ce qu’on appelle néo-ottomanisme, et les Russes ont un projet totalement opposé c’est-à-dire le néo-eurasisme c’est-à-dire la construction d’une Eurasie unifiée incluant l’Asie centrale.
Les Algériens comprennent très bien que la création des bases militaires en Libye vaut dire des systèmes antimissiles défense aérienne qui vise l’Algérie. Le grand rêve des Américains est de voir l’Algérie intervenir dans l’affaire libyenne, peu importe de quel côté. Les Américains rêvent de voir l’Algérie s’affaiblir dans une opération militaire extérieure. »
# L’ACTUALITE LIBYENNE COMMENTEE
Lors d’une conférence de presse avec son homologue tunisien Kaïs Saïed, le président français Emmanuel Macron a dénoncé lundi le « jeu dangereux » de la Turquie en Libye, y voyant « une menace directe pour la région et pour l’Europe ». Ankara, membre de l’OTAN, n’aurait pas bougé le petit doigt sans l’aval de Washington. La percée turque a suscité la réaction du voisin égyptien qui menace d’intervenir si jamais le verrou de Syrte saute. Pas loin de cette ville, la base de Tarhouna accueillerait des «mercenaires» russes. Les Américains qui avaient sollicité la Tunisie pour disposer d’une base susceptible de leur permettre d’endiguer «le danger russe» évoquent aujourd’hui plutôt le danger djihadiste. « Voilà où a conduit la politique du «regime change» qui s’est soldée par l’assassinat du Colonel Kadhafi. Et l’ouverture de la Boîte de Pandore libyenne » concluent les médias marocains …
TROP D’ACTEURS DANS L’IMBROGLIO LIBYEN (‘PERSPECTIVES’)
Pour E. Macron, la Turquie joue aujourd’hui en Libye « un jeu dangereux » et contrevient « à tous ses engagements pris lors de la conférence de Berlin ». Le chef de l’Etat français a précisé avoir tenu « le même discours » lors d’un entretien téléphonique lundi après-midi avec le président américain Donald Trump. « Il en va de l’intérêt de la Libye, de ses voisins, de toute la région mais également de l’Europe », a-t-il ajouté selon l’AFP. Lors de sa conférence de presse conjointe avec son homologue tunisien, E. Macron a aussi appelé à ce « que cessent les ingérences étrangères et les actes unilatéraux de ceux qui prétendent gagner de nouvelles positions à la faveur de la guerre » en Libye.
La Turquie est devenu le principal soutien international du Gouvernement d’union nationale (GNA) de Tripoli, qui a repris début juin le contrôle de l’ensemble du nord-ouest de la Libye en faisant reculer les forces du maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est du pays. Les forces du GNA visent désormais la ville côtière de Syrte (450 km à l’est de Tripoli), verrou stratégique vers l’Est contrôlé par K. Haftar. Samedi, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, principal soutien du maréchal avec les Emirats arabes unis, a prévenu que toute avancée des pro-GNA vers Syrte pourrait se solder par une intervention directe» du Caire.   Le GNA, reconnu par l’Onu, a dénoncé comme une « déclaration de guerre » les menaces de l’Egypte.
LE TON NE CESSE DE MONTER ENTRE PARIS ET ANKARA
Le ton ne cesse de monter entre Paris et Ankara, la France accusant la Turquie « de fournir des armes au GNA en violation d’un embargo des Nations unies » et d’avoir eu un comportement « extrêmement agressif » à l’encontre d’une de ses frégates en Méditerranée le 10 juin dernier. La Turquie accuse de son côté Paris de soutenir K.Haftar et d’être le « sous-traitant de certains pays de la région » dans la crise libyenne, une allusion aux Emirats et à l’Egypte. « La France et la Tunisie demandent ensemble que les belligérants cessent le feu et tiennent leur engagement de reprendre la négociation engagée dans le cadre des Nations unies en vue de restaurer la sécurité de tous, de procéder à la réunification des institutions libyennes et d’engager la reconstruction au bénéfice de tous les Libyens », a ajouté E. Macron devant la presse au côté de K. Saïed, dont c’était la deuxième visite officielle à l’étranger, après l’Algérie, depuis son élection en octobre.
Revenant sur les récents incidents navals en mer Méditerranée qui ont opposé la France et la Turquie, le président français a estimé qu’ils étaient la « démonstration » de la « mort cérébrale » de l’Otan, dont les deux pays sont membres.  « Tant que nous continuerons, membres de l’Otan, Européens, parties prenantes de ce sujet, à être faibles dans nos propos ou à manquer de clarté, nous laisserons le jeu des puissances non coopératives se faire », a estimé fort hypocritement Emmanuel Macron. « Je ne veux pas dans six mois, un an, deux ans, avoir à constater que la Libye est dans la situation de la Syrie d’aujourd’hui ».
A Ankara, la réaction ne s’est pas fait attendre. «La France a une responsabilité importante entraînant la Libye dans le chaos en y soutenant des structures illégales depuis des années et, ainsi, c’est en effet la France qui joue à un jeu dangereux en Libye», souligne le communiqué du ministère turc des Affaires étrangères cité par la chaîne d’information internationale turque TRT World.
L’ONU ET L’UA :
COMBIEN DE DIVISIONS ?
Par ailleurs, le conseil des droits de l’homme de l’ONU a adopté lundi une résolution demandant l’envoi en Libye d’une mission d’enquête chargée de documenter les exactions commises depuis 2016. Cette résolution, adoptée à la demande du groupe des pays africains, enjoint Michelle Bachelet, la Haute Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme « de mettre immédiatement mettre sur pied et envoyer en Libye une mission d’enquête ». Car le conseil se dit « préoccupé par les informations faisant état d’actes de torture et autres exactions dans les prisons libyennes ». Suite à la récente découverte de charniers à Tarhouna, dans l’ouest du pays, Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale (corrompue par des seigneurs de la Guerre libyens), est elle aussi montée au créneau prévenant qu’elle « n’hésitera pas » à élargir ses enquêtes à des nouveaux cas de crimes (sic).
LES USA : UN PIED DANS CHAQUE CAMPS OU LA « GEOSTRATEGIE DU CHAOS » EN ACTION !
Des réactions en chaîne, en Libye et à l’international, se sont succédées suite au discours au ton martial prononcé samedi 21 juin par le président égyptien Abdel Fattah el Sissi et dans lequel il n’exclut pas la possibilité d’intervenir directement en Libye. Mais c’est la position américaine qui semble la plus étonnante. Une nouvelle fois, les États-Unis auraientt changé d’avis en ce qui concerne la crise libyenne. Les récentes menaces égyptiennes d’intervenir en Libye semblent avoir poussé les Américains à rééquilibrer leur position. Après avoir fermé les yeux sur l’implication turque, ou plutôt, après l’avoir approuvé implicitement pour contrer la Russie en Méditerranée, Washington penche à nouveau vers une solution pacifique à la crise.
Durant les dernières 48 heures, les déclarations se sont multipliées aux États-Unis appelant à un cessez-le-feu immédiat en Libye. Dimanche, l’appel est venu du Conseil de sécurité national américain, directement rattaché au président Trump. Lundi, c’était au tour du département d’État américain de se prononcer pour un arrêt «stratégique» des combats en Libye et à la « fin de toutes les ingérences étrangères ». Le général Stephan Townsend, chef du Commandement américain pour l’Afrique ((AFRICOM)) a été dépêché en Libye où il a rencontré brièvement lundi le chef du conseil d’État libyen Fayez al-Sarraj entouré de ses généraux de pacotille. La rencontre, à huis-clos, a eu lieu à l’aéroport de Zouara près de la frontière tunisienne. Les Américains ont transmis au GNA, selon le communiqué de l’ambassade US à Tripoli, « leurs craintes que la violence actuelle ne participe au retour en Libye d’al-Qaeda et de l’organisation de l’État islamique ». La Ligue arabe a aussi tenu mardi au Caire un sommet extraordinaire à propos de la Libye, boycotté par le GNA.
L’HYPOCRISE DE WASHINGTON ET LE VERITABLE ROLE ASSIGNE A ERDOGAN EN LIBYE PAR LES USA
En Libye, « Erdogan et Trump veulent poursuivre une « coopération étroite », analysait Belga (Bruxelles, ce 8 juin) !
Le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue américain Donald Trump sont convenus de « poursuivre leur coopération étroite » en Libye, lors d’un entretien téléphonique ce 8 juin, a annoncé la présidence turque. « Les deux dirigeants sont convenus de poursuivre leur coopération étroite pour promouvoir la paix et la stabilité en Libye, voisin maritime de la Turquie » (sic), a indiqué la présidence. La Turquie a notamment renforcé son aide militaire au gouvernement de Tripoli dont les forces affrontent celles du maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est libyen. La Turquie a notamment envoyé des drones et de systèmes de défense anti-aériens en Libye pour soutenir le GNA dont les forces ont infligé au cours des dernières semaines une série de cuisants revers militaires à celles de Haftar.
Lors d’une visite à Ankara le 4 juin, le Premier ministre du GNA Fayez al-Sarraj s’est dit « déterminé » à reprendre le contrôle de toute la Libye, après cette série de succès contre les forces de Khalifa Haftar. En mai, le secrétaire d’Etat américain a critiqué l’afflux d’armements en Libye et appelé à un cessez-le-feu lors d’une conversation téléphonique avec M. Sarraj.
(Sources : AFP- Press TV – Perspective – Belga – ELAC Website – EODE Trhink Tank)
# ECOUTEZ LES PODCASTS DE MES PRECEDENTES ANALYSES SUR LA LIBYE :
* Le Podcast V audio pour PARS TODAY (Iran)
sur LUC-MICHEL-TV :
MALGRE (OU A CAUSE DE BERLIN),
POURQUOI LA PAIX EST IMPOSSIBLE EN LIBYE ?
* Le Podcast audio VI sur LUC-MICHEL-TV :
PODCAST AVEC RADIO ALGERIE (9 JUIN 2020)/
LUC MICHEL: LE CHAOS LIBYEN (VI).
LA TURQUIE FACE A LA RUSSIE.
LE NOUVEAU RAPPORT DE FORCE EN LIBYE
LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE
(Flash Vidéo Géopolitique/
Complément aux analyses quotidiennes de Luc Michel)
* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –
Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/
________________
* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :
WEBSITE http://www.lucmichel.net/
PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
* EODE :
EODE-TV https://vimeo.com/eodetv
WEBSITE http://www.eode.org/

Posted in Non classé | Commentaires fermés