# LA REPUBLIQUE D’EUROPE / « TINTIN AU MALI » : LA BELGIQUE INTERVIENT AU MALI !

 

 
Luc MICHEL pour La République d’Europe /
avec PCN-SPO – Belga – DH – La Libre Belgique / 2013 01 15 /
 
Depuis Léopold II, le sanglant roi-boucher du Congo, le non-état belgicain a été de toutes les aventures coloniales et néo-coloniales. Après l'Afghanistan et la Libye, le mali !!!
La Belgique non-état en quasi faillite, avec le plus importante dette publique de l’UE (due à la corruption et à la mauvaise gestion des politiciens depuis la fin des Années 60, ainsi qu’à un fédéralisme prébendier), avec une couverture sociale en pleine déglingue, incapable d'assurer la sécurité en plein centre de Bruxelles, MAIS qui entend donner des leçons en Afrique …
 
COMME EN LIBYE SANS PASSER PAR UN VOTE DU PARLEMENT …
 
La Belgique a donc décider ce mardi d’intervenir au Mali. Un conseil des ministres restreint s’est réunit ce mardi sur le Mali et a décidé de soutenir l’opération française au Mali par l’envoi d’un C-130, basé à Kisangani, ou par une aide médicale. Décision déjà prise avant puisque une source proche du ministre de la Défense, Pieter De Crem, l’ indiquait déjà dimanche à LA LIBRE BELGIQUE. Comme en Libye sans passer par un vote du Parlement … Des contacts informels avaient été entrepris par les Français,.  mais la décision n’a pas encore été prise par le gouvernement belge.
 
Pieter De Crem (démocrate-chrétien flamand CD&V) a précisé sur la radio flamande VRT la forme de ce soutien logistique: deux C-130 (car l'engagement de la France est limité en transports de troupes) ainsi qu'un hélicoptère médicalisé (un second serait prévu en réserve). « Un C-130 est déjà dans la région, le second pourrait y arriver dès mercredi. L'hélicoptère médicalisé, lui, serait opérationnel dès lundi prochain ».
Didier Reynders (libéral francophone MR) a confirmé ce mardi sur les ondes de LA PREMIERE (RTBF) ce scénario potentiel, qui « mobiliserait quelque 80 militaires belges. Le support belge serait logistique et de formation, à l'exclusion de troupes combattantes » a-t-il précisé.
 
Il a rappelé que la Belgique avait donné en septembre dernier déjà son accord de principe à une participation à une intervention internationale émanant du gouvernement malien, avec le support de la Cédéao (Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest) et de l'Union africaine (UA). Un bel alibi pour un mensonge : la France agit seule et sans mandat. « Après plusieurs contacts informels entre Paris et Bruxelles, la France a envoyé lundi vers 18 heures à la Belgique une demande officielle de soutien », a précisé M. Reynders.
A ses yeux, la France a agi "en urgence" en "anticipant une opération internationale" (sic). Le chef de la diplomatie belge, belliciste enragé de tous temps, a regretté la lenteur de la mobilisation internationale et réclamé une "capacité d'intervention plus rapide".
 
« Le parlement sera appelé à se prononcer sur cette proposition gouvernementale ». Une commission mixte Défense-Relations extérieures pourrait être convoquée rapidement, a relevé Pieter De Crem …
 
AIDER UNE FRANCE QUI RECOLONISE PLUS HAUT  QUE … SES EQUIPENTS
 
Du fait de la vétusté de ses Transall, la France a besoin de l'aide de ses alliés sur le plan du transport des troupes ou de matériel. Voilà pourquoi la Belgique va mettre à disposition l’un de ses onze C-130, actuellement positionné dans le cadre de la mission de la Monusco au Congo. Les C-130 belges sont capables de faire des atterrissages d’assaut, sur 500 mètres. Chaque déploiement de C-130 mobilise de 20 à 25 soldats, dont deux équipes de pilotes et copilotes.
 
La Belgique pourrait aussi mettre à disposition une aide médicale, par exemple l’un de ses hôpitaux de rôle 3, des unités médicales où on peut pratiquer des opérations.
La France a fait savoir à ses alliés européens et américains des besoins en vol tactique vers des bases avancées, en évacuation médicale, en hôpitaux de campagne et en drones et satellites de reconnaissance, selon le cabinet de la Défense nationale.
 
UN PLAN BIEN ORGANISE ET DEJA EN ACTION
 
Après le  conseil des ministres restreints ayant « décidé l’intervention. … On apprenait que celle-ci était déjà en cours. « Un C-130 belge est parti de Melsbroek » annonçait BELGA. « En route pour le Mali, il doit d'abord s'arrêter à Solenzara (Corse) pour charger du matériel militaire français ».
« Un C-130 se trouve déjà au Tchad (après un vol assuré au profit de la France dans le cadre du commandement européen du transport aérien, l'EATC) et l'autre doit quitter l'aéroport militaire dans l'après-midi et faire escale à Solenzara (Corse) pour embarquer du matériel militaire français à destination du Mali ». « Ils seront opérationnels après-demain (jeudi) matin » pour des missions de transport stratégiques et tactiques, a ajouté De Crem (CD&V) devant la presse.
 
Quant aux deux hélicoptères destinés à des opérations médicales – afin que l'un soit opérationnel « en permanence » – ils n'entreront pas « dans la zone de combat » qui opposent les armées malienne et française aux islamistes armés qui occupent depuis neuf mois le nord du pays, a-t-il assuré.
 
Une évaluation de cet engagement aura lieu "fin février début mars", a ajouté le ministre de la Défense, alors que son collègue des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR) citait la date du 1er mars. Selon lui, cette mission « mobilisera quelque 80 militaires belges. Mais ils ne seront pas impliqués dans les opérations de combat » (sic)
 
« Les coûts de la participation belge (quelque 650.000 euros par mois, ndlr) seront pris essentiellement si pas intégralement sur le budget des opérations 2013 de la Défense, le cas échéant en substituant d'autres programmes prévus », a précisé le premier ministre Di Rupo (social-démocrate francophone PS). On notera que le non-état belgicain n’a plus d’argent pour sa sécurité sociale, son enseignement ou ses autoroutes (devenues les plus mauvaises de l’UE) … Mais pour les agressions coloniales de l’OTAN, on trouve toujours du fric à Bruxelles !
 
LES BELGES AU MALI SACRIFIES SUR L’AUTEL DU MILITARISME ATLANTISTE ET DES INTERETS DE LA FRANCAFRIQUE
 
Cent quatre-vingts trois Belges, nationaux et ayants droit (pouvant bénéficier d'une assistance consulaire), séjournent actuellement au Mali. La plupart se trouvent à Bamako, la capitale, indique lundi Jeroen Vandeweyer, porte-parole du SPF Affaires étrangères. « Les Affaires étrangères restent en contact étroit avec les compatriotes présents dans ce pays et qui ont tous été localisés » (sic).
 
« Les Belges qui se trouvent au Mali et dont la présence dans ce pays n'est pas indispensable, sont toujours invités à quitter provisoirement le pays, indique le site internet du SPF Affaires étrangères. Les Belges qui choisissent de rester au Mali sont priés de signaler leur présence par téléphone ou e-mail au Bureau de la Coopération au Développement à Bamako et de suivre les conseils de ce bureau. Un formulaire de notification de présence/départ se trouve sur le site ». Façon délicate de dire qu’ils sont, comme tous les Français, devenus des cibles.
« Compte tenu de l'évolution de la situation, il est également conseillé de restreindre au maximum les déplacements et d'éviter de sortir le soir » (resic).
 
 
Voilà donc la Belgique engagée dans l'opération Serval que mène la France au Mali. Après « Tintin au Congo », « Tintin au Mali » … voilà une fois de plus le non-état belgicain au bon temps des colonies !
 
LM
 

http://www.facebook.com/notes/la-r%C3%A9publique-deurope/-la-republique-deurope-tintin-au-mali-la-belgique-intervient-au-mali-/499396756778032

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.