# PCN-TV / ECOUTEZ Me JACQUES VERGES PLAIDER …

 

LM pour PCN-TV /

avec INA / 2013 08 17 /

https://www.facebook.com/PCN.NCP.TV

 

En hommage au grand avocat et résistant qui nous a quitté ce 15 août 2013 …

 

Film (doc. INA) sur : https://www.facebook.com/photo.php?v=1405306406354188

 

« J’aurais défendu Hitler. Je défendrais même Bush …

A conditions qu’ils plaident coupable ! »

– Jacques Vergès

 

Ecoutez Me Jacques Vergès plaider.

Sur les véritables droits de l’Homme, le racisme, le nazisme, le colonialisme, le néocolonialisme, les crimes de l’impérialisme et du colonialisme …

 

Une plaidoirie au Procès Barbie.

Qui explique pourquoi Me Vergès, résistant à 17 ans contre l’occupation nazie, a choisi de défendre Barbie. Et d’utiliser cette tribune exceptionnellement médiatique pour combattre et dénoncer précisément les crimes de l’impérialisme et du colonialisme.

 

Ces paroles, où surgissent l’éthique et la morale les plus hautes, les nôtres, sont la meilleure des réponses à ceux qui jettent aujourd’hui sur la mémoire de Vergès l’ombre de Barbie. Dans une version pénale de la fameuse reductio ad hitlerium. Vergès ne partageait pas dans ce procès l’idéologie passée de son client mais bien la combattait …

 

Ecoutons Vergès avocat de la défense – avec des avocats africains et arabes – du criminel de guerre nazi Klaus Barbie, jugé à Lyon en 1987, puis condamné à perpétuité :

« Pour défendre Barbie, j’ai dit aux accusateurs: Ce que vous lui reprochez, vous l’avez fait vous-mêmes sous la colonisation. Alors, à quel titre vous permettez-vous de le juger? »

 

LES IMPOSTURES DU PROCES BARBIE

 

Ecoutons aussi Me Vergès expliquer « son » procès Barbie (à la revue Medias en 2010) : « Même si, lorsque je défends Barbie pendant sept semaines face à trente neuf confrères et le procureur, j’éprouve une jubilation intense. Ils sont quarante, je suis tout seul, et je les emmerde. On va dire de moi : « Qu’est-ce que ce salaud va encore inventer aujourd’hui pour nous faire chier ? » Du coup, je m’amuse : « À la fin, vous allez reprocher à Barbie de ne pas avoir été gaulliste. Je me demande combien parmi vous l’ont été ! » … »

 

Il évoque particulièrement son combat contre l’anti-racisme et l’antifascisme de salon, à vocation alimentaire lors du procès Barbie :

« J’avais également remarqué que tous les avocats étaient blancs de peau. Aucun d’entre eux n’avait eu l’idée d’embarquer un Noir dans leur camp… Alors, la dernière semaine du procès, j’ai demandé à un Congolais et à un Algérien — tous deux mes amis — de se joindre à moi dans l’affaire : «  Rien que votre présence muette, c’est tout le symbole du procès qui s’écroule. Le raciste est dans son box, avec, pour le défendre, un Eurasien, un Noir et un Arabe. Et en face, tous blanchâtres. Ils auront tellement honte qu’ils n’oseront pas vous dire quoi que ce soit. Vous pouvez parler de n’importe quoi. » Le Congolais a évoqué la construction du Congo-Océan à la fin des années 1920, dont Gide disait : « Chaque traverse représente une vie d’homme. » Personne n’a trouvé d’objection. Et l’Algérien a parlé de Sabra et Chatila » …

 

LM / PCN-TV & PCN-SPO

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.