# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ LUC MICHEL INCONTOURNABLE AU CŒUR DE LA RUSSOSPHERE, EN AFRIQUE COMME EN EUROPE !

LM.GEOPOL -IV-2022 lm incontournable (2022 11 01) FR (1)

Karel Huybrechts pour
Le Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
de LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ)/
2022 11 01/ Série IV/
(avec France5 – Humo)
« … un homme clé des relations entre Bruxelles et Moscou est Luc Michel »
– La Libre, 13 déc. 2014.
« Les médias africains ont gagné la guerre de l’information sur la Centrafrique et le Mali »
– BFM TV.
# INTRODUCTION/
L’INFLUENCE DE LUC MICHEL EN FRANCE ET EN AFRIQUE MESUREE PAR FRANCE5 : IL EST UN DES PRINCIPAUX INFLUENCEURS DU NET
Nul ne conteste que Luc Michel soit une figure de proue de la Russophère en Afrique : rapport du Pentagone, livre des réseaux Sorös, Articles de jeune Afrique ou de Marianne le concrétisent. Mais l’une des légendes noires déployées contre Luc Michel (le Michelbashing) c’est que celui-ci aurait quitté l’europe vaincu il y a 20 ans et qu’il serait en Europe un « marginal » (sic) ou un personnage « sans influence » (resic).
Deux documents viennent ces derniers jours évidemment invalider ces médiamensonges.
* Le premier c’est une émission de C’est dans l’air, l’émission de France télévision consacrée à la « cyberguerre », où Luc Michel intervient et où on révèle qu’il est un des principaux influenceurs du Net, non seulement en Afrique mais aussi en France sur les thématiques pro-russes
* Le second c’est un grand article du magazine Humo, le principal hebdomadaire flamand de Belgique, consacré à l’influence de Luc Michel dans les réseaux pro-russes en Belgique Et comment depuis maintenant plusieurs décennies il collabore avec le parti républicain flamand VLAAMS-BELANG, pour organiser des missions pro-russes en Europe ;
Dans le carnet d’adresses de Luc Michel en Belgique, il y a notamment le leader républicain flamand Philip Dewinter ou encore le président de la Commission des Affaires étrangères du Parlement flamand Frank Kreyelman ; Et aussi en Russie Alexandre Douguine l’idéologue russe .Voilà donc ce qui vient invalider toutes les attaques en Europe contre Luc Michel. Ses ennemis de Libération (Réseaux Sorös, Paris) aiment les vieux films français des Années ’80. Et si Luc Michel n’était pas « Le marginal » ? Mais « Le professionnel » …
Luc Michel dans l’émission « Cyber : la guerre est déclarée » de C’dans l ‘air du 09.10.2022 sur
ALAIN PIROT, JOURNALISTE, PRESENTE SON EMISSION :
L’émission C Dans l’Air, diffusée chaque jour sur France 5, est présentée par Caroline Roux.  La chaîne organise également depuis plusieurs années des soirées spéciales « C Dans l’Air », articulées autour d’un documentaire de 90 minutes et d’un débat d’experts.  Chaque soirée spéciale est articulée autour d’un thème majeur, qui vise à anticiper les grandes dynamiques politiques, économiques et sociétales de notre époque. Ce documentaire est ponctué de quatre entretiens réalisés par notre présentatrice Caroline Roux. Lors de nos dernières émissions, plusieurs personnalités politiques ont accepté de participer à l’émission, les présidents de la république français Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy, François Hollande, le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken, des leaders politiques, économiques et plusieurs décideurs internationaux, consacrées notamment à la Russie de Vladimir Poutine, la Turquie du président Erdogan, ou encore à la Chine et à la dette publique française. 
Nous réalisons cette nouvelle soirée spéciale avec ma collègue Coraline Salvoch. Notre prochaine soirée spéciale et ce documentaire de 90 minutes seront consacrés à l’analyse du phénomène des Cyber Influences en France et dans le Monde. Notamment l’impact que peuvent avoir des vidéos, des informations, sur les opinions publiques, quand elles sont distillées à travers des canaux bien identifiés.
* Votre nom et vos comptes de réseaux sociaux, figurent parmi les 5 cinq premiers influenceurs sur facebook et sur twitter, autour d’une thématique centrale, celle de la présence française en Afrique, à travers notamment l’actualité de l’opération Barkhane et des dernières évolutions. Compte tenu de l’annonce du retrait français, il est évident que vos communications ont eu un effet concret sur les opinions publiques. Pour comprendre les raisons de votre engagement, votre organisation sur les réseaux sociaux, qui déterminent ainsi cette incroyable influence que vous pouvez avoir sur les opinions publiques au Mali, au Burkina Faso, au Cameroun et en Côte d’Ivoire »
#I/
 COMMENT FRANCE5 PRESENTE LA CYBERGUERRE
Internet est un monde dangereux. Surtout depuis que la Russie a envahi l’Ukraine au mois de février 2022, transformant l’ancienne république soviétique en un champ de bataille d’un nouveau genre ! Ce « entend réveiller les consciences quant à la possibilité d’une apocalypse numérique ».
Ici réside la grande qualité et le principal défaut de cette plongée en eaux très troubles : son désir d’exhaustivité. Plutôt que de se concentrer sur les nouveaux territoires de la conflictualité (sur lesquels il y a beaucoup à dire), la présentatrice Caroline Roux part à la rencontre de John Brennan, patron de la CIA sous Obama, ou de l’ancien Premier ministre Édouard Philippe. Ou encore de Luc Michel. Conséquence de cette volonté de tout étreindre : on se perd parfois entre un hôpital français visé par un rançongiciel, une élection américaine parasitée par des trolls rémunérés et un manufacturier israélien de logiciels espions. Pour autant, cette vision panoramique est un défi intéressant. La Russie, épouvantail en forme de fil rouge, a depuis longtemps conceptualisé toutes ses opérations d’influence à travers le prisme unique d’un « espace informationnel » aux frontières moins nettes que notre cyberespace occidental.
CYBER, LA GUERRE EST DECLAREE : UN DOCUMENTAIRE QUI SE VEUT EFFRAYANT POUR COMPRENDRE CE PERIL NUMERIQUE…
Fin février 2022, la Russie n’a pas encore envahi l’Ukraine que la guerre a déjà commencé. Tous les systèmes informatiques ukrainiens importants, qu’ils soient gouvernementaux ou industriels, sont alors attaqués. Le but de Moscou: montrer aux Ukrainiens que leur pays ne peut pas les protéger. Sauf que Kiev était préparée, comme on le voit dans le docu de France 5 présenté par Caroline Roux. Partenariat crucial avec Microsoft, constitution de la première armée numérique du monde, etc. L’Ukraine était prête à mener la première guerre numérique de l’histoire. “La première, mais pas la dernière”, comme le précise un des nombreux intervenants, dont certains particulièrement importants. Hauts fonctionnaires américains, français et ukrainiens, hackers d’Anonymous à visage découvert, “trolls” russes, etc.
L’ENQUETE DE FRANCE TV PERMET DE MONTRER A QUEL POINT LA MENACE SERAIT GRANDE.
Outre l’Ukraine, on voit aussi comment les pays occidentaux sont déjà attaqués, que ce soit lors des élections, via l’espionnage, en minant leur prestige en Afrique. Plus on avance dans le docu, plus cela devient effrayant. On découvre ainsi comment la Russie et les USA pourraient littéralement déconnecter des pays entiers s’ils osaient faire le premier pas, et ce grâce à des techniques numériques et des armées de pirates toujours plus perfectionnées. Des accusations, notamment envers Moscou. Le travail de France TV met en lumière un enjeu aussi insoupçonné que crucial pour l’avenir de nos sociétés. Une invitation à reconsidérer l’importance que l’on accorde à ce péril numérique qui nous concerne tous, suivie d’un débat en plateau.
LA GUERRE A L’ERE DU NUMERIQUE
Depuis l’invasion en Ukraine, le monde a redécouvert la puissance du numérique pour informer ou désinformer la population. Mais aussi pour paralyser des serveurs, pirater des logiciels et rançonner des entreprises. Des actes, la plupart malveillants, dont l’ampleur ne cesse de croître.
La guerre froide nous a appris que les Russes et les Américains savaient sous-traiter. Alors on sous-traite avec des armées de libération, avec des guérillas, avec des Opérateurs indépendants. Et donc assez logiquement, puisqu’on parle de technique, à des gens dont c’est la spécialité et le métier. C’est-à-dire des hackeurs professionnels qui se révèlent des fantassins lorsqu’il s’agit d’attaquer des cibles militaires ou civiles.
LA PREMIERE CYBERGUERRE MONDIALE
Les cyberattaques ne visent pas seulement à obtenir de l’argent, elles servent aussi à manipuler les opinions en diffusant de fausses informations, en s’ingérant dans des élections présidentielles, en cherchant à nuire ou à neutraliser l’ennemi en temps de guerre.
Ainsi, lorsque débute l’invasion russe en Ukraine le 24 février, plusieurs infrastructures sont déjà visées par des cyberattaques depuis la veille. Si ces dernières avaient réussi, l’Ukraine serait vraisemblablement tombée en quelques heures. Seulement, la riposte a été à la hauteur de la tentative de sabotage et de paralysie informatiques. « Près de 500 attaques informatiques ont été enregistrées sur les réseaux ukrainiens, explique le général Yuri Shchyhol. Principalement contre des sites gouvernementaux. Il y avait aussi des attaques contre des compagnies privées, des infrastructures vitales, des entreprises liées à l’énergie ou à la logistique, particulièrement dans le système ferroviaire. C’est sans aucun doute la première cyberguerre mondiale. »
DESINFORMER POUR MIEUX CONTROLER
Museler une population, la mettre sur écoute, lui imposer une doctrine ou lui insuffler une ligne de conduite sont des méthodes qui existaient bien avant l’essor du numérique. Aujourd’hui, alors même que nous accédons à plus d’informations, que nous pouvons avoir le sentiment d’être mieux informés, nous sommes finalement continuellement confrontés à des sources plus ou moins fiables. Et les algorithmes n’aident pas à se frayer un chemin dans ce dédale de surinformation numérique. Nos lectures, nos centres d’intérêt sont scrutés, le plus souvent pour des raisons commerciales. Le plus souvent. Mais dans les autres cas… ?
SPECIALE C DANS L’AIR – CYBER : LA GUERRE EST DECLAREE 
C’est l’autre facette de la guerre que se livrent en ce moment la Russie et l’Ukraine. Une bataille sans char ni avion de chasse, où les virus informatiques ont remplacé les bombes, et où les soldats s’appellent des hackeurs. Avec un objectif : déstabiliser leurs adversaires et semer le chaos à travers les réseaux.
À l’occasion d’une soirée spéciale C dans l’air, Caroline Roux nous plonge au cœur de la galaxie cyber, devenue le nouveau terrain d’affrontement mondial.
#II/
QUE DIT ‘HUMO’ DE LUC MICHEL ?
* « RITSELEN VOOR DE RUSSEN (1): DE HAND- EN SPANDIENSTEN VAN VLAAMS BELANG VOOR POETIN EN CO » (“les agents d’fluence flamands pour Poutine et cie”, traduit du néerlandais et adaptation : LM), Un reportage de Jan Antonissen  pour Humo (31 10 2022)…
Extrait 1 :
Naissance du Néoeurasisme à Bruxelles en 1984,
Comment jean Thiriart et Luc Michel l’ont imposé en Russie ?
« En 1992, peu après l’effondrement de l’Union soviétique, vole francophone bruxellois Jean Thiriart
à Moscou pour une rencontre avec le
jeune politologue Aleksandr dugin. Dugin (…) Et Thiriart avec ses idées sur le « national »
Bolchevisme’, compte comme l’idéologue européen le plus important (..) Dans les années 60 il pensait, d’abord, le concept d’eurasianisme. Il prônait un grand Espace Européen, de Lisbonne à Vladivostok. Avec les Russes il y aurait la vraie Europe se démarquant de l’impérialisme américain. Les Russes n’étaient dans le
les yeux de Thiriart pas des ennemis, ils étaient
alliés naturels contre les États-Unis. Si Thiriart plusieurs mois après sa visite à Moscou meurt, alors ça ne fait que commencer. Luc Michel, le secrétaire de Thiriart, reprend le flambeau. Il fait la navette entre Bruxelles et Moscou autour du Salut de l’eurasianisme. Il s’installe,
comme son maître, dans le
marché comme antifasciste (…) mais la succursale bruxelloise du Vlaams Blok n’a pas de secrets pour lui.
LUC MICHEL : «Depuis plus de quarante ans que je travaille avec eux. Nous sommes sur la même longueur d’onde : nous sommes tous les deux anti-belges et pro-russe – même si une partie reste enragée anti-communiste. Mais si le Vlaams Belang proclame demain la république flamande, je les soutiens. Michel a recontré Dugin une fois, dit-il. à Tripoli en 1997, où il a passé des années de sa vie à côté de Mouammar Kadhafi. Michel s’extasie sur les dictateurs comme Kadhafi, Slobodan Milosevic et Josef Staline. Mais la rencontre avec Dugin n’avait rien de spécial dit Michel, alias « l’Homme en noir ». »
MICHEL : « Aujourd’hui Dugin est connu comme l’idéologue de la maison Russie et l’’eurasianisme a ses entrées au Kremlin. Thiriart et je moi-même sommes venus bien avant »
Extrait 2 :
La structuration de la Russosphère (2005-2015)
Peut-être le plus grand sous-traitant « fiable » des observateurs électoraux recrutés en Europe a été Luc Michel. En 2007 il a fondé l’association belge à but non lucratif « European Network for Political Montoring » (ENPM). Objectif : « la promotion de la démocratie,
notamment par la démocratie directe, où le pouvoir
du peuple – une référence aux référendums. A cette fin l’ENPM est une organisation international d’observateurs électoraux. Il s’engage dans « l’éducation populaire », se bat « contre » la vision raciste du choc des civilisations’, et vise à « unifier » les peuples européens de l’Océan Atlantique à Vladivostok’. L’ENPM est, en somme, un véhicule au vieux rêve de réaliser l’eurasianisme. La même année, Michel crée en France le plus connu « Observatoire européen pour la démocratie et les élections » (EODE). EODE s’efforce de réaliser exactement la même chose que ENPM. Sur la page Facebook d’EODE est un bref aperçu des nombreuses missions internationales: « Russie, Ukraine, Biélorussie, Caucase’. Une ‘spécialité’ sont ‘les guerres’ dans les anciennes républiques soviétiques et « les nouveaux membres »
de la Communauté des États indépendants, tels que la transnistrie, l’Abkhazie, l’Ossétie du Sud, le Haut Karabakh ». Michel souligne qu’il est également actif dans les Balkans, la région autour de la mer Noire et, oui,en Afrique et en Libye. Michel recrute pour ses missions internationales aussi les politiciens
du Vlaams Belang. C’est facile : il connaît le jeu comme
sa poche.
MICHEL : « Les piliers de notre collaboration étaient les députés flamands Johan Deckmyn et Franck Creyelman. Ils étaient toujours là, à toutes nos missions. Ils parlaient un excellent français. Si nous n’étions pas d’accord à propos de l’immigration, nous étions  d’accord sur tout le reste.
Extrait 3 :
Premiers combats pour la Syrie ba’athiste (2013-2014)
« Début 2013, l’ENPM, l’ONG de Luc Michel, devient la branche belge du « Centre européen d’analyse géopolitique (ECGA), une ONG polonaise de Mateusz Piskorski (…) qui avec Michel se taille la part du lion
des observations dans les anciens territoires soviétiques.
MICHEL : « Nous nous connaissions déjà depuis longtemps, depuis le début de ce siècle. Il a suivi les cours de notre université d’été à Tripoli. Michel et Piskorski ont désormais tout fait pour créer une grande Europe, un espace « de Reykjavik à Vladivostok ». Quelques mois après, en 2013, Filip Dewinter débarque en Syrie, qui est déchirée par une guerre civile sanglante
est déchiré. Une mission d’enquête factuelle. Dewinter,
ce n’est pas un secret, est dans le régime du dictateur syrienn un allié. Des djihadistes belges rejoignent le combat aux côtés des insurgés. La guerre civile syrienne menace d’être exportée vers la Belgique. Dewinter n’est pas seul à Damas. Dans son sillage : Frank Creyelman,
Luc Michel, Mateusz Piskorski (…) De morgen notait que Dewinter et Creyelman n’avaient pas reçu de visa
de l’ambassade de Syrie à Bruxelles. « Il y a des rumeurs selon lesquelles la Russie aurait cela
pris en charge. »
MICHEL « J’ai cette première mission organisée. Et en 2014 ai-je pour la réélection de Assad monitoré avec EODE. C’était très dangereux. »
Extrait 4 :
La Crimée, une révolution géopolitique (mars 2014)
Le référendum en Crimée (…) est la pièce de résistance de Luc Michel. Il est toujours fier de ce qu’il a présenté avec EODE.
MICHEL : « J’ai emmené 138 observateurs en Crimée. 138 ! La plupart des missions ont environ une trentaine d’observateurs. L’un d’eux est – bien sûr – Franck Creyelman. Mais il a amené deux amis : les Députés flamands VB Christian Verougstraete et Jan Pensis (…),
« La Crimée ne peut être comparée avec le reste de l’Ukraine, sur la péninsule est toujours
une influence russe. La majorité de la population
est pro-russe. Et Poutine était à nos yeux un stabilisateur, il a apporté la paix après les pitreries
d’Eltsine (…)
MICHEL : « Le Parlement de Crimée nous a invités. Ils ont payé le voyage et frais de l’international. C’est comme ça que ça se passe toujours: le parlement local
paie pour ces choses. Personnes n’est payé par nous. Savez-vous où cela se produit ?,A l’OSCE ! Là, ils obtiennent 1 000 à 5 000 euros. »
Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ)
* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire – Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou, Téhéran et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

LM.GEOPOL -IV-2022 lm incontournable (2022 11 01) FR (2) LM.GEOPOL -IV-2022 lm incontournable (2022 11 01) FR (4) LM.GEOPOL -IV-2022 lm incontournable (2022 11 01) FR (5)

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.